});

Mais qui mène ainsi TAS à « l’abattoir politique » ?

= 2254

« La différenciation minimale » est un principe en communication politique. Il apparaît que TAS entend s’y fonder en ces temps qui font briller le « produit-politique » SONKO.

Cependant, ce principe ne va jamais loin de son pendant qu’est la « sécurité maximale ».

Toute communication peut convenir à un potentiel segment de cibles.

Toute communication, quelle que puisse être la justesse de l’intention qui préside à son élaboration, s’inscrit dans un contexte.

Or, dans ce contexte, TAS partage un cadrage spécifique de l’enjeu avec un autre acteur plus visible: BBY.

Ils mettent en avant la même considération et campent sur la même grille de lecture.

Cependant, les positions de pouvoir des acteurs induisent un différentiel de gains politiques dans cette convergence de cadres. BBY, exerçant le pouvoir, a une crédibilité sectorielle plus forte sur le « discours mythifiant et sacralisant le respect des institutions » que le ministre « démissionnaire » qui n’a pas hésité à déblatérer dans son livre.

Au final, il alimente un cadre de communication dont il ne tire pas les gains potentiels et s’expose à un fort risque de perte dans un contexte où le discours ambiant favorable à SONKO, juste ou injuste, emporte les masses.

C’est peut-être le prix de l’engagement politique désintéressé. Si seulement il existe. Ce qui ne fait pas sens au regard de sa communication qui s’inscrit clairement dans un interactionnisme stratégique.

Si, au Républicain des valeurs, on a vendu la fameuse formule qui dit que « l’essentiel est de faire parler de ta personne », il aurait acheté, dans ce cas précis, de la marchandise ruineuse.

Mouhamadou Lamine Bara LO

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :