});












Mame Mor Sarr (UJTL, Touba) : « Le Sénégal qui gagne est devenu le Sénégal qui perd »

= 895

Mame Mor Sarr (UJTLTouba) : « Le Sénégal Qui Gagne Est Devenu Le Sénégal Qui Perd »

En 2002, on assistait à  l’avènement du « Sénégal qui gagne » mais maintenant c’est comme si on est dans un « Sénégal qui perd ».
Est-ce que ce phénomène est causé par nos dirigeants ? ou bien l’aura que le Sénégal avait, est en perte de vitesse ?  

Ou peut-être que le Sénégal est devenu nul ou les Sénégalais ont reçu une malédiction ?

Bref, on peut poser autant de questions pour ne pas paraphraser les mille et une question(s) d’un professeur que j’ai connu à l’UCAD.

Maintenant prenons un par un pour être plus clair :
Le cas de notre unique radiothérapie en panne :
Est-ce normal ? Notre pays ne dispose qu’une seule machine. Cette dernière servait, je rappelle, à soigner les personnes vivantes avec le cancer.

Cette unique machine là est tombée en panne ça fait un bout de temps et on se contente que de parler au lieu de la remplacer vite fait.

Faites changer cette machine c’est mieux que d’inviter des orchestres de Sorano à des dîners.

Et puis le TER nous coûtera presque 568 milliards s’y ajoute 81 milliards comme budget de la Présidence et….

Est-ce-que ces gens connaissent la priorité ?

Un recul diplomatique notoire :
« L’homme qu’il faut à la place qu’il faut » dixit-on.
Tout le monde savait que M. Bathily candidat à la présidence de la commission de l’UA était un coup de théâtre.

Et que y avait d’autres profils pour concurrencer le tchadiens.

On peut citer Cheikh T. Gadio.
Même si on remarque que ce Monsieur n’avait pas encore reçu sa part du gâteau.
Les cartes d’identité biométriques :
Récemment la société qui est en charge de la fabrication est épinglée au Burkina pour corruption.

Et à Touba, depuis les premiers inscrits, on a rien encore reçu et les scandales de corruption dont cette société fait l’objet nous poussent à être sceptiques.

Donc, on doute de fort belle manière d’une éventuelle fraude.
Par ailleurs, les communes de Missirah, Touba Fall, Nghaye,Dalla-Ngabou…depuis le début des inscriptions, n’ont pas encore vu de machines pour  inscrire leurs populations.

La prolongation de l’âge de la retraite des magistrats à 68 ans :
Bonus ou Bougna en tout cas ayez une pensée à nos dignes étudiants de la FSJP.
Ayez un respect à nos universités. Avec 68ans, l’homme a un âge avancé de la vie.

Et cet homme commence à perdre certaines facultés d’où la question de savoir est-ce-que avec ce rythme, le problème de renouvellement  ne se poserait pas un jour ?
Beaucoup de détenus politiques :
Peut-on dire que la justice est l’arbitre entre pouvoir et opposition ?
S’agissant de la question du PS, on peut la caricaturer comme deux oiseaux qui s’arrêtent sur un arbre.

Et l’un des oiseaux veut décoller et l’autre veut rester. L’oiseau qui veut rester resta sans problème et l’autre qui a envie de décoller a été empêché de partir.

Pour l’empêcher, on a brisé ses deux ailes. Ainsi, se résume l’histoire de Khalifa et ses deux amis qui sont Bamba et Barth.
L’exemple de M. Ngom est presque parfait. Il est poursuivi par la CREI, recueilli en plein séjour dans le Sud et interdit de sortir du territoire national.

Il est devenu blanc comme neige après avoir accepté d’entrer dans les prairies Beige-marron.
On peut citer les exemples de Awa, Moussa, Baïla et tant d’autres.
La route : beaucoup de morts :
On assiste à un vrai phénomène.

Il est temps qu’on barre la route pour réfléchir sur le nombre pléthorique d’accidents de la circulation qui a causé un nombre important de perte humaine.

Prenez conscience du danger, vérifiez avant chaque voyage vos machines, évitez les surcharges.

Et mieux doucement et longuement.
Pour éviter de confirmer le slogan : « le Sénégal qui perd ».

samayactu.com

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.