});












Mouhamadou Mbodj : « L’externalisation de la responsabilité… n’est pas la solution »

= 814

L’externalisation des responsabilités des ministères vers le Pnud doit constituer une solution d’attente et une menace pour toucher l’orgueil des uns et des autres, mais n’est pas la solution pour corriger l’inefficacité constatée dans l’administration. C’est l’avis de Mouhamadou Mbodj, coordinateur général du Forum civil, qui estime, en outre, qu’une mesure stratégique devrait conduire Macky Sall à commanditer un diagnostic exhaustif des conditions de performance de l’administration publique et du gouvernement, et à prendre les mesures chirurgicales qui s’imposent.

Le constat fait par le chef de l’Etat, Macky Sall, notamment sur les lenteurs et blocages remarqués au niveau des ministères, dans l’exécution des projets et programmes de l’Etat, n’est vraisemblablement pas du goût du Forum civil. De l’avis de Mouhamadou Mbodj, coordinateur général dudit organisme de la société civile, «c’est un constat d’inefficacité assez sérieux et très grave». Cela, d’autant plus que, poursuit-t-il, «lui-même (Macky) disait que c’est 1% de la population qui capture 50% des recettes budgétaires, notamment en avantages, privilèges, et autres». Pour lui, ce sont des super-privilèges qui coûtent chers à l’Etat. «Si à cela, on ajoute l’absence de résultats, ça devrait conduire au président de la République à commanditer un audit, une évaluation exhaustive», suggère-t-il.

A en croire M. Mbodj, la mesure stratégique qu’il faut, pour corriger cette inefficacité de l’administration, doit être un diagnostic des effectifs dans la fonction publique, l’organigramme du gouvernement et le choix des ministres. Pour ce faire, il préconise l’implication du Bureau organisation et méthode. Selon lui, «le parlement, qui s’occupe du contrôle de l’exécutif, devrait rebondir sur ce constat et s’appuyer sur le Bureau organisation et méthode et mener ce travail».

Par conséquent, il trouve que «l’externalisation de la responsabilité vers le Pnud, dont l’endossement (l’assumassion) coûte très cher au monde rural, n’est pas la solution». A l’en croire, le fait de confier l’exécution des projets et programmes au Pnud serait un double emploi. Se faisant plus explicite, il indique que «le Pnud ferait le travail, plus une administration pléthorique, coûteuse, et inefficace». D’où, selon lui, la nécessité d’un arbitrage.

Cependant, le coordinateur général du Forum civil admet que le Pudc soit confié au Pnud, le temps de faire «le diagnostic exhaustif des conditions de performance de l’administration public et du gouvernement et prendre les mesures chirurgicales qui s’imposent». Pour lui, cela doit être une mesure d’attente. S’agissant de la menace de transfert de responsabilité envisagée par Macky Sall à l’endroit de ses ministres, M. Mbodj trouve que «si Macky Sall ne l’a pas encore fait systématiquement, il l’a utilisé comme une menace». Pour lui, cela peut contribuer à toucher l’orgueil des gens et les faire agir. En tout état de cause, il dit soutenir «cette mesure, si elle s’applique aux ministres, aux conditions de leur nomination et aux agences». Pour cause, trouve-t-il, «ce gouvernement a été composé sur la base de ceux qui avaient gagné les élections locales. Donc, cela ne veut pas dire qu’ils sont compétents sur toutes les matières». D’où, selon M. Mbodj, la nécessité de «restructurer l’exécutif».

A noter que nos tentatives de recueillir l’avis de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), sur le fait que le chef de l’Etat, Macky Sall, ait contourné les lenteurs des passations de marchés, en confiant au Pnud l’exécution du Pudc, sont restées vaines. Les services de l’Armp n’ont pas voulu se prononcer sur la question.

Sud Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *