});












Moustapha Cisse Lo se fait l’avocat de Fada et brocarde Me Babou, Me El hadji Diouf et Cie

= 832

Moustapha Cissé Lo a encore parlé. A l’instar des autres sorties médiatiques, cette dernière, faite en marge de la célébration du magal de Cheikh Abdou Khadre, n’a pas dérogé à la règle. Avec la verve qu’on lui connaît, le deuxième vice-président de l’Assemblée Nationale est largement revenu sur la dernière actualité, en l’occurrence le conflit latent autour du groupe parlementaire « des Libéraux et Démocrates ». L’ex-coordonnateur de l’Apr à Touba n’a pas manqué de fusiller tous ceux qui se sont prononcés sur la question, à savoir Me El Hadji Diouf, Doudou Wade, Me Abdoulaye Babou et Aïda Mbodji.

Au moment où tous les esprits étaient occupés par les ziarra et autres visites de courtoisie pour les besoins du magal de Cheikh Abdou Khadre Mbacké, Moustapha Cissé Lo a préféré accueillir la presse chez lui. Devant les journalistes, le deuxième vice-président de l’Assemblée Nationale s’est constitué avocat de Modou Diagne Fada dans le conflit qui l’oppose au Comité Directeur du Pds. Selon lui, c’est le leader des réformateurs qui doit légalement et légitiment revendiquer, pour cette législature, la présidence du Groupe parlementaire des « Libéraux et Démocrates (LD)».

« Modou Diagne Fada est protégé par les nouvelles dispositions de la loi et du Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale. Et mieux, jusqu’à présent, on ne dispose pas de documents juridiques qui nous montrent que Modou Diagne Fada n’est plus le président du Groupe parlementaire LD ». Moustapha Cissé Lo d’ajouter : « S’ils voulaient vraiment destituer légalement Modou Diagne Fada, il fallait tenir une réunion, et fournir le procès-verbal de cette réunion et la feuille de présence des députés qui ont assisté à cette réunion et qui ont signé la feuille de présence. Mais cette réunion n’a pas eu lieu. »

En tout état de cause, l’ex-coordonnateur de l’Apr à Touba est convaincu que le Comité Directeur (CD) du Pds a perdu cette bataille de procédure avec Fada. A l’en croire, Oumar Sarr et ses amis sont forclos. « Ils ont déposé une liste de sept députés qui ont signé. Voilà la liste (il brandit la liste). Et c’est Oumar Sarr, député simple, qui n’est même pas président de groupe, ni vice-président de groupe, qui l’a déposée. Et sur la base de cette saisine, je considère que cette saisine n’est pas valable. Et mieux, tous les députés n’ont pas signé. C’est l’exemple d’Ousmane Ngom qui a démissionné du groupe, ainsi que le député Iba Der Thiam. Eux n’ont pas signé la liste d’Oumar Sarr. Et pourtant, on a trouvé leur signature dans sa liste ». Le député souligne qu’ils ne peuvent, en tant que membres du bureau, que statuer sur la base des éléments d’informations écrites qu’ils ont examinés en toute indépendance. ‘’Nous avons jugé que le document présenté par Modou Diagne Fada répond au moins à des critères objectifs pour validation et nous avons validé pour Modou Diagne Fada.’’

Il invite Niasse à porter plainte contre Me El Hadji Diouf et Doudou Wade

Moustapha Cissé Lô n’a épargné aucune des personnalités qui se sont prononcées sur la question. Notamment, Me El Hadji Diouf qui s’en est pris à Moustapha Niasse. En effet, El « Pistolero » estime que la déclaration faite par le célèbre avocat est de nature à discréditer l’Assemblée Nationale et est irresponsable. « Depuis que je suis à l’Assemblée nationale, en 1998, je n’ai jamais signé chaque année pour un groupe. » A l’en croire, pour la constitution d’un groupe, on signe une fois par législature. Toujours si l’on en croit Cissé Lo, si la liste de Fada, que les libéraux contestent et grâce à laquelle Aïda Mbodji a présidé aux destinées de la commission culture et communication attribuée au groupe parlementaire LD, de 2012 en 2015, n’est pas aujourd’hui valable, Aïda Mbodji devrait rembourser aux Sénégalais tout ce qu’elle a reçu, en tant que présidente de cette commission.

« Donc, je verrais mal que Me El Hadji Diouf puisse dire aux Sénégalais qu’on constitue les groupes parlementaires tous les ans. Non ce n’est pas vrai. Je regrette, cela ne s’est jamais passé comme ça. Et Doudou Wade était là. Il a toujours signé une fois pour toute la législature et je défie quiconque qui dira le contraire. » Revenant à Me El Hadji Diouf, il a martelé : « C’est grave qu’un député, de surcroît un avocat, puisse donner une telle information aux Sénégalais. C’est indigne. Il faut savoir raison garder ». Le 2e vice-président de l’Assemblée Nationale invite en effet le président Moustapha Niasse à porter plainte, parce que, selon lui, les informations que Me El Hadji Diouf a données sont fausses et même diffamatoires. « Donc, moi je pense qu’il y a lieu ici de porter plainte, parce qu’il a porté atteinte à l’Assemblée Nationale, à son président qui est un homme d’une

très grande honorabilité et qui a jugé les faits avec équité.

Doudou Wade en a également pris pour son grade. Selon El Pistolero, cette même correction qui peut être portée à Me El Hadji Diouf est aussi valable pour Doudou Wade que l’on doit aussi rappeler à l’ordre. Il se rappelle encore les graves dérives de ce dernier. « Doudou Wade a eu à diriger un groupe parlementaire, pendant au moins dix ans. Il a conduit à la mise en accusation d’Idrissa Seck, dans des conditions que personne ne peut oublier. Il a également conduit à la modification de la Constitution qui a avorté. Aujourd’hui, il incite les députés du Pds à la violence au sein de l’hémicycle et à la rébellion contre le président de l’Assemblée Nationale ». Il a également exhorté le président Moustapha Niasse, qui est le président de l’institution, à prendre toutes les dispositions pour porter plainte parce qu’on ne peut pas continuer à laisser des gens insulter des institutions sans rien faire.

‘’Me Babou a porté la loi pour le troisième mandat d’Abdoulaye Wade ’’

Dans la même veine, Cissé Lo a présenté Me Abdoulaye Babou comme un champion en matière de tripatouillage, de violation des lois et des règles de ce pays. « Il a entraîné le Pds à renvoyer des députés illégalement, lors de la onzième législature et il l’a revendiqué. Ensuite, il a porté une loi pour la vice-présidence et le troisième mandat d’Abdoulaye Wade », se rappelle-t-il. Pour toutes ces raisons, le député a estimé que Me Babou ne doit pas parler d’éthique, de morale, encore moins de violation du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. « Lui-même l’a violé à plusieurs reprises. Mieux, il a participé à des violations et à des forfaitures au niveau de l’Assemblée nationale. Il faut qu’il arrête, parce qu’on le connaît très bien. »

Même traitement pour Aïda Mbodji, ‘’la transhumante’’. Selon Moustapha Cissé Lo, elle n’a pas de leçon de morale à donner aux Sénégalais. « C’est une transhumante. Elle a fui les prairies vertes du Parti socialiste pour venir manger aux prairies jaunes et bleues du Pds. Elle a vendu son âme pour prendre la place de Modou Diagne Fada à la tête de la présidence du groupe parlementaire », dit-il. Mieux, poursuit-il, Aïda Mbodji est une femme qui n’aime que le pouvoir. « Pendant que Fada était ministre et qu’elle voulait transhumer chaque week-end, Aïda Mbodji était à Darou Mouhty dans la cuisine de Fada pour laver les plats et les bols de ce dernier, uniquement pour goûter aux délices des prairies jaunes et bleus du Pds. C’était la période où Fada était très puissant dans le gouvernement dirigé par Idrissa Seck. »

Moustapha Cissé Lo est d’avis que si on a une majorité, c’est pour s’en servir. « Nous n’écoutons que Macky Sall pour l’aider à mettre en place les dispositifs et les dispositions réglementaires pour répondre à l’attente des Sénégalais qui l’avaient élu. »

Enquête Plus

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *