});












Nations-Unies : Macky Sall plaide pour une réforme du Conseil de sécurité

= 590

Le Sénégal est candidat cette année à un poste de membre non permanent du Conseil de sécurité de l’Onu. A la tribune de l’Onu à New York lors de la 70ème session ordinaire, Macky Sall a salué la création d’une médaille à l’honneur de feu capitaine Mbaye Diagne.

Macky Sall demande une réforme du Conseil de sécurité de l’Onu au sein duquel le Sénégal postule pour un poste de membre non permanent. Lors de son discours à la tribune des Nations-Unies, le chef de l’Etat a suggéré un élargissement dans la composition du Conseil de sécurité de l’Onu, un vœu de tous ses pairs africains, conformément au consensus d’Ezulwini. Ceci dans le souci de «refléter les réalités du moment». Selon le président en exercice de la Cedeao, dans le contexte actuel, la gouvernance économique et financière mondiale doit connaître des changements. Et cela passe par «une représentation plus équitable des réalités nouvelles et l’assouplissement des règles d’accès au crédit», a fait savoir Macky Sall. Mais également il faut «établir la transparence dans les industries extractives, des codes et contrats miniers plus justes et plus équitables» pour la protection de l’investisseur et la préservation des intérêts des Etats concernés et des populations locales.

En sa qualité de président de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), il a fait savoir que la lutte contre les flux financiers illicites, qui font perdre à l’Afrique entre 30 à 60 milliards de dollars par an, doit être vigoureuse. Dans son discours transmis par communiqué, le président de la République est revenu sur les idéaux de paix, de sécurité, le développement et le respect des droits de l’Homme qui sont à la base de la création de l’Onu. Vu la configuration actuelle du monde, pour lui, la mission qui était assignée à l’organisation il y a soixante dix ans est aujourd’hui «plus pesante». Car, la paix est menacée par «la pauvreté extrême, la faim, la maladie et la détérioration sans précédent de l’environnement». Parmi les défis qui interpellent l’ensemble de la Communauté internationale, Macky Sall n’a pas oublié d’évoquer le problème des migrants, victimes de racisme, de xénophobie, et de l’extrémisme violent. Ainsi, il appelle à plus d’ouverture et de générosité à l’endroit des «personnes forcées de quitter leur pays pour sauver des vies».
Par ailleurs, Macky Sall s’est dit fier de la médaille créée l’année dernière par l’organisation des Nations-Unies à la mémoire de feu le capitaine Mbaye Diagne, décédé au Rwanda en 1994 en plein génocide, «au cours d’une mission pour honorer les Hommes au service de la paix».

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *