Ousmane Sonko: “Macky Sall n’ira pas au second tour…

= 1114

Après son lancement, il y a de cela trois ans, le parti d’Ousmane Sonko a parachevé, hier,sa structuration avec le lancement de la Coordination de Dakar qui a déjà battu le rappel des troupes en perspective de 2019.

S’ il y a un leader politique sénégalais qui est convaincu de la débâcle du président de la République, Macky Sall, à la Présidentielle de 2019, c’est bien Ousmane Sonko. Le chef de file des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) se dit certain que si le scrutin présidentiel se passe normalement en 2019, le président sortant n’ira même pas au second tour, a fortiori rempiler à la tête du pays.

“Macky Sall ne peut pas aller au deuxième tour de la Présidentielle de 2019, si le scrutin se déroule dans la transparence et la clarté. Il sera battu à plate couture’’, a-t-il déclaré hier, au cours du lancement de la coordination départementale de Dakar de son parti. Seulement, s’est-il empressé d’ajouter : “S’il doit passer sur des cadavres pour rempiler, il n’hésitera pas à le faire.’’ C’est d’ailleurs pourquoi il a invité l’opposition à s’unir davantage et à resserrer ses rangs.

 “Il nous faut impérativement avoir une unité d’action dans l’opposition, si nous voulons venir à bout de ce régime’’, estime l’ancien inspecteur des Impôts et des Domaines. Ce faisant, Ousmane Sonko a d’abord invité ses partisans à éviter toute attaque dirigée contre les autres partis de l’opposition. Car, souligne-t-il, “nous avons un seul adversaire qui est le Président Macky Sall’’.

“Qu’on ne soit jamais des facteurs de division de l’opposition ! Qu’on cesse les attaques contre celle-ci et qu’on concentre nos forces dans la bataille contre Macky Sall pour lui imposer un véritable rapport de forces’’, déclare-t-il. Pour Ousmane Sonko, le premier combat à mener contre le président sortant est la participation de tous les acteurs qui le souhaitent à la course à la Présidentielle. Selon lui, Macky Sall est un président inélégant qui cherche à écarter tous les candidats sérieux de la compétition électorale. “Macky Sall est un président inélégant et frileux. Au Mali voisin, même s’il y a beaucoup de suspicions sur le fichier électoral, Ibrahim Boubacar Keïta a, au moins, laissé ses challengers participer au scrutin. Lui (Macky Sall), il ne veut avoir aucun adversaire en face de lui, en 2019. Il manque de patriotisme’’, fulminet-il.

Avant de dénoncer un véritable recul démocratique et de justice dans le pays, avec l’incarcération du député-maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall. Bientôt un projet de société Lancé il y a trois ans, Pastef continue son déploiement dans les différentes localités du pays. Ainsi, après avoir maillé l’intérieur du pays, il a parachevé sa structuration avec l’installation de la coordination de Dakar. La prochaine étape, selon Ousmane Sonko, sera pour bientôt et sera l’occasion de dévoiler le projet de société qu’il propose aux Sénégalais afin de sortir le pays du gouffre profond dans lequel l’ont entraîné les régimes qui se sont succédé. “On va très bientôt présenter aux Sénégalais un programme sans commune mesure qui fera une radioscopie exhaustive de la situation du pays, des indépendances jusqu’à nos jours, et proposera des alternatives dans chaque domaine’’, promet-il. Mais en attendant, il estime que le Sénégal, vu ses potentialités, est facile à développer.

 “On peut multiplier par deux le budget du Sénégal. Personne n’a plus d’expérience que moi dans ce pays. Je sais bien de ce dont je parle et par quels moyens on peut passer pour développer le pays. Tout est une question de volonté politique, d’éthique, de patriotisme et d’engagement’’, estime-til. Non sans appeler la jeunesse du pays à prendre son destin en main et à s’engager pour le changement qu’on attend depuis les indépendances. “Le changement, partout où ça s’est fait, est porté par les jeunes’’, relève-t-il

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *