});












Planification des projets et programmes : Trois nouveaux guides élaborés

= 762

La Direction générale de la planification et des études économiques, appuyée par la coopération luxembourgeoise a partagé hier avec les acteurs de l`administration publique trois nouveaux guides relatifs à la planification des projets et programmes.

La planification est à la base de toute politique de développement. C’est fort de ce constat que le Sénégal, conformément aux recommandations de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement et la rationalisation des dépenses publiques, s’est engagé dans une dynamique de réforme de ses instruments de planification. Avec l’appui de la Coopération luxembourgeoise qui a assuré le financement, la Direction générale de la planification et des études économiques a élaboré trois guides destinés aux acteurs de l’administration et des collectivités locales. Le guide méthodologique d`élaboration des lettres de politique sectorielle, le guide de préparation des projets et programmes, le guide d`évaluation des projets et programmes par la méthode de l`analyse coût-avantages ont été présentés hier au cours d`un atelier de partage. Selon le secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, Cheikh Tidjane Diop, ces nouveaux outils visent à «assurer une meilleure programmation des dépenses publiques, apporter une plus grande cohérence entre les objectifs assignées aux différentes politiques sectorielles et les ressources qui leur sont allouées». L’objectif est aussi d’accroître la transparence dans les affaires publiques. Cheikh Tidjane Diop indique que le Plan Sénégal émergent (Pse) ne pourra être mis en œuvre qu’à travers des politiques sectorielles de développement adéquats et opérationnels.

Le Sénégal qui a adopté un nouveau cadre harmonisé des finances publiques, a changé de paradigmes en passant d’une logique de moyens a une logique de résultats. «Aujourd’hui, ces guides permettront non seulement d`articuler les résultats aux objectifs des politiques de développement, mais vont aussi permettre l`articulation des résultats aux moyens. Chaque franc de budget qui est alloué, est adossé à un objectif de résultat qui est l’objet d’un suivi et d`une évaluation ex-post comparativement à l’évaluation ex-ante qui permet de s’assurer que ce programme est viable, qu’il est cohérent avec la politique sectorielle de développement et qu’il peut donner des externalités positives sur le développement économique et social», explique le directeur de cabinet. En effet, une politique bien pensée, et bien élaborée a plus de chance de réussir qu`une politique improvisée, souligne-t-il. «Nous avons remis au cœur du dispositif, les instruments et outils de planification dont ce guide qui est aujourd’hui, à la base de toute la procédure que les services auront à utiliser notamment au niveau sectoriel, pour formuler, programmer et assurer la cohérence des politiques sectorielles», souligne M. Diop. Selon le chargé d’affaires de l’ambassade du Luxembourg au Sénégal, ce programme s’inscrit dans le cadre plus large de la coopération avec le Sénégal. Une coopération financée à hauteur de 68 millions d’euros pour les 5 prochaines années.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *