});












POURQUOI MACKY SALL NE LIBERERA PAS DE SITÔT KARIM WADE ET SHEIKH ALASSANE SÈNE? (Par Aminata Aicha Touré)

= 1131

En Avril prochain, Karim Meissa Wade bouclera trois années de prison, quant à Sheikh Alassane Sène, ce 18 Février, il aura usé sa première cartouche d’une année de détention.
Pour tous les deux, le mystère règne sur leurs détentions, qui n’ont pas fini de révéler tout leur secret.
A forte répétition, le groupe de travail des nations unies a donné son avis sur la détention de Wade fils, qu’il trouve totalement arbitraire, et rajoute même que l’Etat du Sénégal doit le dédommager, ce que les partisans de Macky Sall, sans surprise ont balayé d’un revers de main.
Quant à Sheikh Alassane Sène, il a été blanchi depuis le 14 Février 2015, par la Dic, Orange Sn et le procureur de la République, et pourtant il est toujours
détenu en prison, de manière arbitraire. Son dossier n’a livré depuis lors, aucun élément nouveau, ni dans le fond ni même dans la forme.
Dès lors, du côté du Pds, comme du côté de ses alliés, on s’indigne et se bat avec toutes ses forces pour que le droit soit dit par des juges impartiaux, totalement indépendants.
Du côté des disciples de Sheikh Alassane Sène, de ses sympathisants et de sa famille, qui avaient l’habitude de voir les deux hommes se fréquenter et partager beaucoup de leur temps, pour un seul but, la naissance d’une nouvelle alternance, tous sont dégoûtés par cet acharnement et cette haine viscérale que ne cesse de verser Macky Sall sur leur bienaimé.
Entre Mr Karim Meissa Wade et Sheikh Alassane Sène, c’est la rencontre de deux esprits, de deux patriotes, de deux forces, qui, d’essence en effervescence s’allient pour que les
choses bougent, pour que les choses changent.
Macky Sall en homme averti, osons le dire, même si c’est dans le mauvais sens, est persuadé que ces deux hommes libres pourraient faire mal à son régime, et compromettre de fait, son souhait de second mandat.
Mais cela, cher Président ne devrait point être un élément exhaustif pour priver de liberté des pères de famille, que la vraie justice a blanchis.
Pourquoi vous obstinez vous à vouloir coûte que coûte liquider des adversaires, par vos moyens peu conventionnels, en terre mature de droits de l’homme et de démocratie?
Aujourd’hui, il urge que tous les leaders politiques, les chefs religieux et coutumiers, les représentants de la société civile, qui jouissent encore de leur indépendance, de se lever comme un seul homme, pour dénoncer cette dictature rampante, sous Macky Sall.
Pourrions-nous en trouver, car peu d’hommes d’opinion aujourd’hui ont le courage de défier Macky Sall, cependant le nombre est peu important, l’histoire ne compte pas ses acteurs mais plutôt les idéaux que ces derniers ont développés durant tout leur combat, et c’est ce que nous attendons de ceux-là qui ont préservé leur dignité et leur indépendance!

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *