});












Présidentielle 2017 : Malick Gackou en route vers le palais.

= 950

Ceux qui pensaient que Malick Gakou n’allait pas candidater à la prochaine présidentielle peuvent aller se rhabiller. Le leader du Grand parti est bien déterminé à conquérir les suffrages des Sénégalais lors la grande course vers le fauteuil de Macky Sall.

Comme le lui ont demandé ses partisans qui participaient hier, vendredi, à l’inauguration de la permanence du parti, à Yoff (Dakar).

Les militants du Gand parti (Gp) ne cachent pas leur ambition. Ils veulent porter Malick Gakou à la tête du pays, au soir de l’élection présidentielle de 2017.

A la question posée « que voulez-vous ? »

par leur leader, lors de l’inauguration de la permanence du parti hier, à Dakar, ils ont ainsi répondu en masse : « le Palais, le Palais… » Ces militants du Grand parti, venus des quatre départements de Dakar, s’étaient donné rendez-vous sur la route de l’aéroport pour l’inauguration de leur permanence nationale.

Sous la houlette de leur leader, les militants du Grand parti ont fait savoir qu’ils ne voulaient pas entendre parler d’élection présidentielle en 2019.

«Le président de la République s’était engagé à réduire son mandat de 07 à 05 ans. S’il ne le fait pas, nous allons le contraindre à respecter sa promesse», a déclaré Malick Gakou. Le responsable des jeunes qui l’a précédé au micro n’avait pas dit le contraire.

«Jeunesses du Grand parti, débout !», avait scandé Malick Guèye (ex-progressiste) avant d’ajouter : «nous exigeons du Président à respecter son engagement».

L’ambition de Malick Gakou et de ses camarades est donc claire. Il s’agit pour ce parti issu des flancs de l’Afp de Moustapha Niasse d’aller à la conquête du pouvoir afin de mettre en œuvre son projet de société.

Lequel «permettra à chaque Sénégalais d’avoir accès à la richesse et au bien-être», note-t-on sur la déclaration de Malick Gakou.

Se prononçant par ailleurs sur l’actualité liée à la réduction du mandat présidentiel, l’ancien numéro 2 de l’Afp a dit ne pas comprendre l’attitude de Macky Sall, qui consiste à vouloir se dédire, si son Pse est vraiment en marche.

«De quoi il (Macky Sall-ndlr) a-t-il peur ?», s’est-il demandé. Pour Malick Gakou, si jamais Macky Sall part aux élections, il sera battu à plate couture.

Ce qui explique, selon lui, sa décision de vouloir saisir le Conseil constitutionnel pour lui demander son avis sur sa décision de réduire son mandat.

Sud Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *