});












Rassemblement – Mobilisation à la Place de l’Obélisque pour le respect des accords : Les centrales syndicales gagnent leur référendum

= 774

Les travailleurs de l’éducation, de la santé, de la justice et de la Sonatel ont uni hier leurs forces pour envoyer un signal au gouvernement. Lors de leur grand rassemblement à la Place de l’Obélisque hier, ils ont demandé au pouvoir de respecter ses engagements pour éviter une paralysie des différents secteurs d’activité.

Le pari était aussi audacieux qu’inédit : les travailleurs de tous les secteurs d’activité étaient en­semble à la Place de l’Obélis­que pour «envoyer un signal fort» à l’Etat pour le respect de ses engagements. Le temps d’une après-midi de lutte, les enseignants du moyen-secondaire, les professeurs d’université, les travailleurs de la justice et des collectivités locales ont uni leurs forces. Bref, le rassemblement a regroupé le Saems, le Cusems, le Sels/ Originel, l’Odels, le Saes, la Fgts, le Sytjust et le Sutsas. Les slogans sont simples, mais plein de sens : «Goor ca wax ja (res­pect de la parole donnée», la «restauration de la dignité des masses laborieuses». Au «référendum des travailleurs». Mu­nis de pancartes sur lesquelles sont mentionnés leurs «maux» comme «externalisation= déstabilisation socio-économique, Non aux contrats kleenex», les travailleurs ressassent les 15 points de leur plateforme revendicative. Le discours enfiévré des différents orateurs montre la colère qui habite les leaders syndicaux. Mamadou Lamine Dian­té, patron du Cusems, avance : «Le Saes est dans une dynamique de décreter des plans d’action de 72 heures renouvelables. L’intersyndicale de la Sona­tel a décrété une semaine. Nous allons nous mettre dans leur dynamique. Nous allons dans le sens de décréter des plans d’action d’une semaine au Sénégal.» Oumar Wally Zouma­ro, secrétaire général du Sels/­Originel, a du mal à contenir son amertume : «Il n’y a pas eu de négociations ce jeudi entre des syndicats d’enseignants et le gouvernement. C’est un mensonge d’Etat, il ne s’agissait pas de négociations. En réalité, c’était le Haut conseil du dialogue social qui nous avait conviés à une rencontre pour une revue des revendications. Nous avons terminé de négocier avec le gouvernement du Sénégal. Nous n’allons plus retourner à la table de négociations.»
Tenu à quelques heures de l’ouverture de la campagne référendaire, le grand rassemblement des travailleurs avait une colo­ration politique. Ils ont de­mandé au Président Macky Sall de se prononcer «définitivement» par Oui ou Non sur «la matérialisation de tous ces engagements que vous avez pris et que vous n’avez nullement res­pectés. Monsieur le Prési­dent, allez-vous enfin ma­té­rialiser vos engagements ?», demandent-ils.
Les revendications tournent essentiellement autour de la promotion de l’habitat social, le paiement de toutes les sommes dues aux travailleurs, l’amélioration des conditions de travail, la réduction du train de vie de l’Etat au profit des secteurs né­vra­lgiques.

Le Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *