});












Rationnalisation de l’espace politique: Abdoulaye Daouda Diallo appelé à dissoudre les partis irréguliers

= 646

La prolifération des partis politiques dans l’espace politique sénégalais inquiète le parti Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité, (Pastef). Ousmane Sonko, leader dudit parti, et ses camarades ont en effet saisi hier le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, d’une lettre demandant la dissolution des formations politiques irrégulières au Sénégal.

Le parti Patriote du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) a adressé hier au ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, une lettre dans laquelle il lui demande de dissoudre les formations politiques irrégulières. Dans un contexte national marqué par une prolifération des partis politiques, le leader du Pastef, Ousmane Sonko, et ses camarades jugent utile de procéder à une rationalisation de l’espace politique sénégalais.

Dans la lettre adressée au ministre Abdoulaye Daouda Diallo, ils rappellent qu’il ‘’ressort des dispositions des articles 2 à 5 de la loi n°81-17 du 6 mai 1981 (modifiée par de la loi n°89-36 du 12 octobre 1989), qu’outre les formalités relatives au fonctionnement des associations, prévues par le Code des obligations civiles et commerciales, il est fait obligation à chaque parti politique de déclarer, sans délai, toute modification apportée à ses statuts et, au plus tard, dans les huit jours qui suivent la date anniversaire du récépissé de ses statuts, les prénoms, noms, professions et domiciles de ceux qui, à un titre quelconque, sont chargés de son administration’’.

Mais aussi ‘’de déposer chaque année, au plus tard le 31 janvier, le compte financier de l’exercice écoulé ; ce compte doit faire apparaître que le parti politique ne bénéficie d’autres ressources que celles provenant des cotisations, dons et legs des adhérents et sympathisants nationaux et des bénéfices réalisés à l’occasion de manifestations’’. Ces obligations déclaratives et de dépôts, selon les camarades d’Ousmane Sonko, sont effectués sous peine de dissolution auprès du ministre de l’Intérieur qui est tenu d’en délivrer récépissé.

D’autres causes de dissolution sont prévues, notamment, dans le cas où un parti a reçu directement ou indirectement des subsides de l’étranger ou d’étrangers établis au Sénégal, à en croire Ousmane Sonko et ses camarades qui se disent d’ailleurs convaincus que ‘’la plupart des formations politiques ne se sont pas à ce jour correctement conformées à ces exigences’’. Exigeant ainsi une réponse de la part du ministre de l’Intérieur, les Patriotes du Sénégal ont signifié à Abdoulaye Daouda Diallo que ‘’toutes réponses, explicites ou implicites, autres que la dissolution exigée, pendant ou après le délai administratif de rigueur, fera l’objet d’une saisine de la Cour Suprême conformément aux dispositions des articles 73 et suivants de la loi organique n°2008-35 du 08 août 2008 sur la Cour Suprême’’.

Enquête Plus

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *