});












Réserves en hydrocarbures dans le bassin sédimentaire: Le potentiel loin d’être évalué

= 1371

Les Etats du bassin sédimentaire (Mauritanie-Sénégal- Gambie- Guinée-Bissau- Guinée (Msgbc), doivent mutualiser les synergies d’actions pour tirer le meilleur dividende des ressources gazières et pétrolières, a souhaité Thierno Alassane Sall, ministre de l’Energie et des énergies renouvelables, hier mercredi, 23 novembre 2016, à Dakar, à l’ouverture des travaux sur le premier sommet international sur le bassin sédimentaire de deux jours.

Les réserves en hydrocarbures dans le bassin sédimentaire regroupant entre autres Mauritanie-Sénégal- Gambie- Guinée-Bissau- Guinée (Msgbc), «est loin de livrer tout son potentiel», a laissé entendre Thierno Alassane Sall, ministre de l’Energie et des énergies renouvelables. Il présidait hier, mercredi 23 novembre, à Dakar l’ouverture des travaux sur le tout premier sommet international sur le bassin sédimentaire Msgbc, de deux jours. «Le bassin sédimentaire reste à explorer. Plusieurs découvertes de gaz et de pétrole ont été faites ces dernières années entre le Sénégal et la Mauritanie. Kosmos Energy qui s’est investi, a terminé en début 2016 sa première phase d’exploration au large. Une campagne qui s’est soldée par des découvertes de pétrole et de gaz dans les champs de Tortues, Marsouin et Teranga», a-t-il indiqué.

Il souligne que le champ gazier Grand Tortue/Ahmeyim, découvert en janvier dernier, est considéré comme le plus important gisement en Afrique de l’Ouest avec des réserves estimées à 450 milliards de m3. Il est à cheval sur la frontière sénégalo-mauritanienne. Thierno Alassane Sall estime qu’en fédérant leurs efforts, les pays du bassin Msgbc ’’peuvent relever les défis de l’indépendance énergétique et l’accès universel à l’énergie pour l’ensemble de la population d’Afrique’’. Parlant d’une ‘’susceptible malédiction’’ des ressources gazières et pétrolières, le ministre a appelé les Etats à «se prévenir des erreurs de certains et de capitaliser les réussites d’autres pour arriver à un développement harmonieux».

Le COS s’officialise le 2 décembre prochain

Dans un contexte marqué par la découverte d’importantes réserves en hydrocarbures au Sénégal et dans les pays riverains, une exploitation rationnelle et efficiente de ces «ressources pétrolières et gazières doivent être thérapeutiques aux maux dont souffrent nos Etats», a dit le ministre de l’Energie. Sur ce, Thierno Alassane Sall, annonce l’installation du Comité d’orientation stratégique (Cos) du pétrole et du Gaz, le 2 décembre prochain par le président Macky Sall. Il a soutenu que plus de 55% de nos besoins en consommation énergétique est assurée par la biomasse. Dès lors, dira-t-il «nous devons fédérer nos synergies d’actions pour tirer le meilleur de ces potentialités en hydrocarbures», a-t-il lancé.

Il a, en outre plaidé pour le développement d’une industrie locale devant apporter de la plus-value (valeur ajoutée) sur tous les produits issus des exploitations pétrolières et gazières, ainsi que le renforcement des institutions pour améliorer l’environnement des affaires.
En marge de ce sommet, se tient une exposition des sociétés pétrolières nationales des pays concernés ainsi que des investisseurs et compagnies pétrolières internationales. Ce, en vue d’échanger sur le potentiel pétrolier du bassin sédimentaire sous-régional.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *