});












Respect de l’avis du Conseil constitutionnel par Macky Sall: Khalifa Sall « désavoue » Tanor

= 714

Khalifa Sall, le maire de Dakar et secrétaire national à la vie politique du Parti socialiste, est loin de partager l’avis du secrétaire général de son parti, Ousmane Tanor Dieng, sur la posture de Macky Sall vis-à-vis de l’avis du Conseil constitutionnel. Dans une déclaration envoyée à la presse hier, dimanche, l’édile socialiste de la Ville de Dakar a tenu à faire savoir que la décision du chef de l’Etat est « un coup porté non seulement à notre démocratie mais aussi à la classe politique toute entière puisqu’elle décrédibilise la parole publique et discrédite les hommes politiques dans leur capacité à tenir leur engagement ». Une sortie qui rame à contre-courant de celle du patron du Ps qui avait vivement salué la démarche…républicaine de Macky Sall de ne pas réduire son mandat en cours.

Khalifa Sall sort du bois, serait-on tenté de dire après la sortie prêtée au maire socialiste de Dakar hier, dimanche 21 février. Le responsable socialiste et potentiel candidat à la prochaine présidentielle qui prospérait dans la retenue voire la non prise de position, dans le débat politique, a émergé cette fois de son mutisme légendaire pour se prononcer sur la polémique autour de la décision de Macky Sall de suivre l’avis des Cinq Sages sur la non réduction du mandat présidentiel en cours.

Ramant à contre-courant de son secrétaire général Ousmane Tanor Dieng qui avait salué l’esprit républicain de Macky Sall dans le respect de l’avis du Conseil constitutionnel, Khalifa Ababacar Sall s’est voulu formel dans un communiqué transmis à la presse, par les services de communication de la Ville de Dakar. Pour le maire de Dakar et secrétaire national à la vie politique du Parti socialiste qui se prononçait sur la position de Macky Sall relative à la non réduction du mandat en cours, « Cette décision est évidemment un coup porté non seulement à notre démocratie mais aussi à la classe politique toute entière puisqu’elle décrédibilise la parole publique et discrédite les hommes politiques dans leur capacité à tenir leur engagement ». Se faisant même plus mordant, le responsable socialiste dira, dans son texte, qu’ « Il est de notre devoir, en tant qu’hommes politiques, de respecter la parole donnée.

Les promesses faites au peuple sénégalais ont valeur d’engagement et doivent être respectées quel qu’en soit le prix par ceux qui ont été investis de la confiance populaire ». Pour autant, a dit Khalifa Sall, « Toute décision de nature à fragiliser notre démocratie est condamnable. Notre pays, qui a toujours été un précurseur en matière démocratique, ne devait pas manquer cette occasion d’ouvrir une nouvelle page de son histoire ».

Par là, le maire de Dakar qui a dit « prendre acte de la décision du Président de la République de revenir sur son engagement de réduire le mandat en cours de sept à cinq ans après l’avoir promis entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2012 et après l’avoir, après son élection et à maintes reprises, réitéré aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Sénégal » semble manifestement désavouer le secrétaire général du Parti Socialiste Ousmane Tanor Dieng. Lequel s’est dit totalement en phase avec le président de la République dans sa décision de se conformer à l’avis du Conseil constitutionnel.

Aussi, avait-il affirmé, « Macky Sall s’est dit que le Conseil constitutionnel est le gardien de la Constitution, il est le plus apte à dire si la volonté du Président se conforme à la Constitution. C’est la raison pour laquelle je suis en phase avec sa décision…J’estime que le Président a adopté une bonne démarche. J’estime que le Conseil constitutionnel lui a apporté une réponse appropriée et j’estime également qu’il a bien fait de passer par la voie qu’il a choisi en consultant le Conseil constitutionnel ». Question à mille balles : avec cette prise de position qui va à l’encontre de celle du patron du Ps, Khalifa Sall n’a-t-il pas enfin franchi le Rubicond, dans la querelle de leadership qui menaçait le Parti socialiste ?

Sud Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *