});












Résumé de l’actualité économique internationale du lundi 5 janvier 2015

= 809

NEW  YORK- Après six mois de chute, les cours du pétrole sont tombés lundi pour la première fois depuis presque six ans sous les 50 dollars le baril à New York, frappés par la surabondance d’offre, les doutes sur la demande mondiale et la force du dollar.

A la clôture, le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en février était remonté juste au-dessus de ce seuil symbolique, finissant à 50,04 dollars, soit une baisse de 2,65 cents par rapport à vendredi soir. A Londres, les cours du Brent de la mer du Nord pour même échéance ont chuté encore plus lourdement, avec une baisse de 3,31 dollars à 53,11 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE). En baissant vers 16h30 GMT jusqu’à 49,95 dollars, le prix du brut new-yorkais a atteint un niveau sans précédent depuis le 1er mai 2009, date à laquelle il avait décliné jusqu’à 48,01 dollars.

Le principal facteur de baisse reste la production surabondante dans le monde. Outre l’essor de l’offre américaine, elle est à son plus haut niveau depuis plusieurs décennies en Russie et en Irak en décembre, note Phil Flynn de Price Futures Group, soulignant que la production russe avait atteint son plus haut niveau depuis la fin de l’URSS.

 

-DOUALA-Le Cameroun se prépare à lancer un emprunt obligataire de 150 milliards de francs CFA dans les prochains mois, en vue de de mobiliser des fonds pour le financement de projets structurants.
Sur l’enveloppe globale de 375 milliards de francs CFA que le Trésor public entend mobiliser en 2015 sur le marché des capitaux, grâce à des émissions successives de titres publics, figure un nouvel emprunt obligataire d’un montant total de 150 milliards de francs CFA.
Le calendrier indicatif des émissions de titres publics de l’Etat du Cameroun, transmis par le gouvernement à la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) prévoit que cette opération qui se fera par syndication à la bourse des valeurs mobilières de Douala (DSX), sera lancé au mois de juin 2015. L’emprunt obligataire de 150 milliards de francs CFA lancé entre le 23 novembre et le 24 décembre 2014 a mobilisé 153 milliards de francs CFA, des fonds destinés au financement des infrastructures, en l’occurrence, le bitumage des routes.

 

-DAKAR-L’activité du secteur secondaire du Sénégal a renoué avec la hausse au terme du mois de novembre 2014, en enregistrant 4,2% de progression, en variation mensuelle, après un repli de 6,7% au mois d’octobre 2014, a-t-on appris lundi auprès de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).
« Cette situation est due aux performances des corps gras alimentaires (plus 20,6%), de la construction (plus 15,4%) et des activités extractives (plus 6,2%), en novembre 2014 », explique la DPEE.  Elle note par contre un ralentissement de l’activité des autres industries qui enregistre une hausse de 0,3% contre 0,8% en octobre 2014. Comparativement à novembre 2013, le secteur secondaire a affiché une croissance de 3,2%, en liaison avec les fortes progressions enregistrées dans les activités extractives (plus 61%) et dans l’énergie (plus 11,1%).

 

-JUBA-Les revenus du pétrole du Soudan du Sud en 2014 se sont élevés à 3,38 milliards de dollars, a annoncé lundi le ministre sud-soudanais du pétrole, Stephen Dhieu Dau, soulignant toutefois que le pays n’a engrangé que 1,7 milliard de dollars après déduction des frais de transit du Soudan et le paiement des entreprises.
Après avoir expliqué que le Soudan a touché 884 000 000 de dollars provenant des frais de transit du pétrole du Soudan du Sud en 2014, il a reconnu que la réduction de la production en raison du conflit armé interne en cours et de la chute mondiale rapide des prix du pétrole a affecté les recettes pétrolières du pays l’an dernier. La production de pétrole du Soudan du Sud a subit les conséquences des combats qui ont éclaté en décembre 2013.
Elle a chuté d’environ un tiers à une moyenne de 160 000 barils par jour depuis que les combats ont éclaté, alors qu’elle était de 245 000 barils par jour juste avant l’éclatement de la violence.

 

ABIDJAN-La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM, basée à Abidjan) a clôturé sa séance du lundi 5 janvier 2015 en baisse par rapport à la séance précédente. L’indice BRVM 10 est passé de 264,77 à 264,46 points, soit un repli de 0,12%. L’indice BRVM Composite, pour sa part, a cédé 0,08% à 256,30 points contre 256,50 précédemment.

La valeur des transactions s’est établie à 350,57 millions de FCFA contre 92 millions de FCFA le

vendredi dernier.

La capitalisation boursière du marché des actions se chiffre à 6276,31 milliards de FCFA et celle du

marché obligataire à 1 138,98 milliards de FCFA. Le titre le plus actif en volume est Ecobank Transnational Incorporated TG avec 120 594 actions échangées. Le titre le plus actif en valeur est SONATEL SN avec 94,62 millions de FCFA de transactions.

 

 

-DAKAR-La croissance économique des pays membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) qui s’établira à 6,9% en 2014, sera boostée par la Côte d’Ivoire, a appris lundi APA, auprès de la Commission de l’UEMOA basée à Ouagadougou au Burkina Faso.
Selon la source, la croissance attendue en Côte d’Ivoire en 2014 est de 10%. Quant aux autres pays, leur taux de croissance projeté est respectivement de 6,7% pour le Burkina Faso, 6,5% pour le Bénin, le Mali et le Niger, 6% pour le Togo, 4,9% pour le Sénégal et 3,5% pour la Guinée Bissau. L’UEMOA note qu’en 2014, il est attendu la poursuite de l’aggravation du déficit global de la zone, en liaison avec une faible hausse des recettes budgétaires comparée à la progression des dépenses.  Le déficit global hors dons et le déficit global représenteraient respectivement 6,7% et 3,1% du produit intérieur brut (PIB) en 2014.

 

-LONDRES– Les cours des transports de matières premières sèches et de produits pétroliers ont débuté l’année 2015 en baisse, alors que les prix des transports de pétrole brut restent portés par la chute des prix du brut.

Indice phare du marché, le Baltic Dry Index (BDI), qui fournit une estimation moyenne des tarifs pratiqués sur 20 routes de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.) a terminé vendredi à 771 points, contre à 782 points le mercredi 24 décembre. La publication des indices du Baltic Exchange, organisme basé à Londres évaluant le prix des frets, a repris vendredi dernier après une pause de huit jours pendant la période des fêtes de fin d’année.

-PARIS- La France a emprunté 7,386 milliards d’euros à court terme lundi sur les marchés financiers, à des taux en baisse, pour la première opération de l’année, a annoncé lundi l’Agence France Trésor (AFT).

Lors de cette émission, le pays entendait emprunter entre 6,2 et 7,4 milliards d’euros. Dans le détail, la France a emprunté 3,999 milliards d’euros à échéance 3 mois (13 semaines) au taux de -0,048% contre -0,007%, lors de la dernière opération similaire le 15 décembre.
Le pays a également levé 1,894 milliard d’euros à échéance 6 mois (22 semaines) au taux de -0,043% contre -0,035% et 1,493 milliard à échéance un an (48 semaines) au taux de -0,049% contre -0,028% le 22 décembre.
La France s’endette depuis fin août 2014 à des taux négatifs sur des échéances de court terme, ce qui signifie que les investisseurs, qui cherchent à tout prix des placements sûrs, perdent de l’argent en prêtant à la France, pour qui emprunter de l’argent sur ces échéances devient rémunérateur.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.