});












Révision constitutionnelle: Le RND « lamine » le projet de Macky

= 656

Le Rassemblement national démocratique (Rnd) du Dr Dialo Diop est formel : le projet de révision constitutionnelle proposée par Macky Sall n’est qu’« un mélange hétéroclite et passablement confus de vieux principes déjà inscrits dans la Constitution en vigueur avec quelques mesures innovantes et positives, le plus souvent empruntées à l’avant-projet élaboré par la Cnri ». A l’issue de sa dernière session ordinaire, le parti hérité du Pr Cheikh Anta Diop a jugé tout l’ensemble soit «vague», ou «superfétatoire» mais surtout d’une « cohérence douteuse ».

Analysant en effet le message radiotélévisé de nouvel an, par le biais duquel le président de la République (PR) Macky Sall, a enfin dévoilé « les fondements » de son propre projet de révision constitutionnelle, le Dr Dialo Diop et cie se sont voulus explicites. Pour eux, l’examen des 15 propositions du dit projet montre en effet qu’il s’agit « d’un mélange hétéroclite et passablement confus de vieux principes déjà inscrits dans la Constitution en vigueur avec quelques mesures innovantes et positives, le plus souvent empruntées à l’avant-projet élaboré par la Cnri ». Pis , a fait savoir le Rnd, l’ensemble apparaissait « soit vague ou imprécis, soit répétitif ou superfétatoire, et surtout d’une cohérence douteuse… A l’exception notable du point 6 prévoyant le retour au mandat quinquennal du Président, à la fois clair, net et précis, qui semble être l’essentiel du projet de révision présidentiel, alors qu’en termes de démocratisation institutionnelle, son impact est secondaire sinon marginal ».

Poursuivant leur argumentaire, Dialo Diop et cie feront remarquer que « C’est précisément sur le fond du débat juridique, c’est-à-dire sur les buts de la réforme envisagée, que les insuffisances du projet présidentiel sautent aux yeux ». Et de noter qu’«On n’y retrouve, par exemple, aucune proposition visant à rétablir l’équilibre et l’égale dignité des pouvoirs publics, ni par la réduction de l’omnipotence du chef de l’Exécutif, ni par le respect de la souveraineté du Parlement, ni, encore moins, par l’instauration d’un authentique pouvoir judiciaire indépendant ».

Se prononçant par ailleurs sur les mesures dites « cosmétiques » des points 10,11, 12 et 13, portant réaménagement du Conseil constitutionnel, le Rnd a indiqué qu’elles « cachent mal le refus de mettre en place une véritable Cour Constitutionnelle, garante et gardienne du fonctionnement régulier des institutions, pourtant validée tant par la charte de gouvernance démocratique des Assises nationales que par les recommandations de la Cnri».

La satire du Rnd n’épargnera pas aussi « le flou artistique » entourant la modernisation du rôle des partis politiques dans le système démocratique, le « silence assourdissant » observé sur la question fondamentale du cumul des fonctions de chef d’Etat et de chef de parti, toute chose qui dénote la volonté présidentielle de perpétuer le « statu quo institutionnel ».

A l’issue ce sa réunion d’instance de samedi dernier, le Rnd a invité enfin à la mobilisation pour demander à Macky Sall de préciser les dates exactes ainsi que les modalités tant du référendum que de la campagne référendaire. Et tout autant, de bien vouloir soumettre à la sanction du suffrage universel libre et sincère les deux projets désormais concurrents, en somme le sien et celui de la Cnri.

 Sud Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *