});












Se démarquant de la position du Parti socialiste : Me Aïssata Tall Sall en campagne pour le «Non»

= 699

Le Ps va voter dans la dispersion au référendum du 20 mars. Après les soutiens de Khalifa Sall, c’est Me Aïssata Tall Sall qui prend le contrepied du secrétaire général Ousmane Tanor Dieng, qui a appelé les militants à voter «Oui». Evoquant quatre raisons pour valider son choix pour le «Non», le maire de Podor appelle son parti à évaluer son compagnonnage avec l’Apr après le scrutin du 20 mars.

Me Aïssatou Tall Sall ne suivra pas le Parti socialiste (Ps) qui a appelé ses militants à voter pour le «Oui» au référendum du 20 mars. Le maire de Podor va plutôt battre campagne pour le «Non» car, estime-t-elle, le Président Macky Sall «s’est renié» par rapport à la réduction du mandat. D’après l’avocate, le chef de l’Etat pose les jalons de la ««décrédibilisation» de la classe politique». «Ce référendum s’adosse à un reniement. Nous avons un président de la République qui avait annoncé urbi et orbi qu’il ne ferait qu’un mandat de 5 ans. C’était sa parole volontaire, personnelle, formelle et solennelle. Le monde entier l’a entendu et l’attendait sur le respect de cette parole. Si aujourd’hui, prenant prétexte de l’avis du Conseil constitutionnel, il ne peut pas honorer cet engagement, je reste perplexe», a déclaré Me Aissata Tall Sall hier à la presse.
Au-delà de l’aspect éthique, la Socialiste a évoqué 3 autres raisons de voter pour le «Non». Sur le plan juridique, le maire de Podor estime que «rien n’empêchait» le Président Macky Sall, après l’avis du Conseil constitutionnel, de soumettre la question de la réduction de son mandat à l’appréciation du «Peuple qui est au-dessus de toute juridiction». Madame Sall a ajouté, en verve, «on a l’impression que dans la précipitation, on a extirpé cette question. Qui a permis au Président de faire tout cela, c’est lui-même de sa propre volonté. Macky Sall a tronqué ce référendum. L’intérêt de ce référendum n’était pas d’autoriser des candidatures, et pas de moderniser les partis politiques».
Sur le plan social, l’avocate pense que les 3 milliards qui seront consacrés à ce référendum pourraient permettre régler des problèmes tels que les retards de salaire des travailleurs des collectivités et des enseignants. Enfin, Me Aïssata Tall Sall regrette l’absence de dialogue autour du projet de réforme du président de la République. Pire, elle «doute de la sincérité» de l’appel au dialogue de Macky Sall. «Trop peu, trop tard ! Avec qui maintenant ? Le débat n’a plus de sens», se désole-t-elle indiquant que Macky Sall n’a pas été élu pour faire moins que Wade.

«Après le référendum, le Ps doit revoir son compagnonnage avec l’Apr»
Par ailleurs, la responsable socialiste n’a pas manqué d’interpeller son parti sur la posture à tenir au lendemain du référendum. Elle est d’avis que le Ps doit «revoir» son compagnonnage avec l’Apr, qui dure depuis 2012. «Je pense qu’à l’issue de ce référendum, on le fera. Notre compagnonnage avec l’Apr est une question sur laquelle la base du Ps ne cesse de s’interroger. Le secrétaire général a reconnu qu’il y a des manquements. Il faut à un moment donné, s’arrêter et juger de l’opportunité de poursuivre ou pas», préconise-t-elle. Pour rappel, Me Aïssata Tall Sall fait partie de cette ligne du Ps qui veut un candidat issu des rangs du parti pour la prochaine Présidentielle.

Le Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *