});












Sénégal : le visa d’entrée instauré en 2013 sera supprimé en mai (président Macky Sall)

= 756

Le visa d’entrée au Sénégal, instauré en juillet 2013 pour les voyageurs de tous les pays à l’exception de ceux d’Afrique de l’Ouest ou ayant des accords les en dispensant, sera supprimé à compter du 1er mai, a annoncé vendredi le président sénégalais Macky Sall.
Cette décision fait partie d’une série de « mesures incitatives pour la relance du secteur touristique et l’allègement des frais de voyage de nos compatriotes de la diaspora », a indiqué le président Sall dans un message à la Nation à l’occasion du 55e anniversaire de l’indépendance du Sénégal, qui sera célébré samedi.
« Ainsi, le visa payant pour l’entrée au Sénégal sera supprimé à compter du 1er mai 2015 », a-t-il déclaré.
Fin 2012, le Sénégal avait annoncé l’instauration de la réciprocité sur les visas d’entrée pour les ressortissants des pays qui exigent des visas aux Sénégalais.
La mesure est devenue effective en juillet 2013. Un visa biométrique d’un coût de 50 euros pour 90 jours maximum était désormais exigé aux voyageurs entrant au Sénégal à l’exception des ressortissants de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de ceux de pays avec lesquels existent des accords bilatéraux stipulant la dispense de visa, comme
la Mauritanie et le Maroc.
Les opérateurs du secteur touristique au Sénégal et à l’étranger avaient regretté l’instauration du visa, estimant que son coût et les formalités de délivrance décourageaient les voyageurs et les détourneraient de cette destination.
Le Sénégal tire ses principales recettes de l’arachide, de la pêche et du tourisme, tous en baisse d’activité depuis plusieurs années.
En plus de la suppression du visa payant, le président sénégalais a annoncé d’autres mesures destinées à favoriser le secteur du tourisme dans ce pays de plus de 13,5 millions d’habitants.
« La parafiscalité sur le billet d’avion sera réduite de 50%, pour baisser le prix du billet. Seront concernées la redevance passager et la taxe de sûreté, dont le cumul s’élève à 8,4 milliards (de FCFA, plus de 12,8 millions d’euros) par an », a affirmé Macky Sall.
« Ces mesures s’ajoutent à la suppression du droit de timbres sur les billets d’avion. En outre, le gouvernement engagera des consultations avec les compagnies aériennes à l’effet d’examiner la possibilité de réduire la surcharge carburant », a-t-il ajouté.
« Enfin, nous mettrons en place un crédit de 5 milliards de FCFA (plus de 7,6 millions d’euros), en soutien au secteur hôtelier », a-t-il dit.

AFP

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *