});












Sénégal: Pour “Un autre regard sur l’albinisme”

= 2399

Les Nations Unies ont décrété une Journée mondiale des personnes vivant avec l’albinisme en date du 13 juin rappelant au monde que les albinos ont droit à la vie, au respect, à l’étude, au bien-être, au travail. Ainsi, le président de l’ANAS, Mouhamadou Bamba Diop, a indiqué que leur structure a été choisie par les NU afin de mettre en orchestre cette 1ère édition au Sénégal sous le thème “Un autre regard sur l’albinisme”.

Au sénégal, d’après le recensement effectué en 2004 par la direction des statistiques, il y aurait 2040 albinos sur toute l’étendue du territoire national. “Depuis, il n’y a eu aucun recensement. En wolof; le mot “pouné” est utilisé pour les désigner”. Le président de l’ANAS a souligné ici le manque d’attention des décideurs politiques et le fait que la convention relative aux droits des personnes handicapées tarde à être appliquée ainsi que la loi d’orientation sociale ne facilite pas le travail de l’association.

Dans le cadre d’un programme qu’elle a déroulé récemment avec les Pays-Bas, l’ANAS a recensé plus de 300 cas au Sénégal. “Si on ne prend garde nous allons vers un ravage de cette couche vulérable de la population”, a déclaré M. Diop.

Le président de ladite association, Mouhamadou Bamba Diop, par aiileurs coordinateur de la Confédération des albinos de l’Afrique de l’Ouest a fait état de l’expérience qu’il a vécu dans la sous-région en montrant des images illustrant des pratiques horribles à l’endroit des albinos.

Cette rencontre avec la presse s’est tenue avec en présence de plusieurs membres du bureau de l’ANAS, de certains délégués régionaux qui sont en train de préparer la mobilisation pour marquer la journée du 13 juin à Dakar.

Le président Diop a rappelé que l’ANAS a été créée le 14 mai 1997. “C’est une idée de deux albinos d’une même famille El hadji et Bamba. Mon grand frère et moi avons eu à subir toute sorte de difficulté; au niveau scolaire nous avions un problème de vision parce que les albinos ont un handicap très sérieux car aujourd’hui 98% des albinos au Sénégal ne sont pas allés à l’école”, a-t-il expliqué.

Bamba Diop estime que ce combat est social et humanitaire. Ainsi, il invite la presse à les accompagner; “on dirait que les autorités ont du mal à cerner ce problème, ils ont parfois peur de parler de l’albinisme parce qu’il y a des choses ignobles, il s’agit des massacres, assassinats, enlèvements, sacrifices”…

riadinfos.com

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *