});












Sénégal : Un peuple exigeant qui accouche d’autorités sans vergogne

= 4407

Comment peut-on analyser la sortie médiatique du basketteur international sénégalais Gorgui Sy Dieng sans faire jaillir le manque de vergogne criard des autorités qui ont en charge le sport sénégalais…

Du ministre jusqu’aux présidents de fédérations ou de ligues.

Vider le portefeuille d’un joueur de l’équipe nationale pour prendre en charge ou résoudre des problèmes d’ordre financière de cette même équipe.

Il faut vraiment n’avoir pas une once de vergogne (excusez la répétition) en soi pour le faire.

Et dire que ce sont ces mêmes dirigeants qui se battent becs et ongles, mobilisent d’énormes ressources pour battre campagne ou passent par des réseaux et lobbys puissants pour se élire ou nommer à des postes clés.

La sortie d’un Gorgui Sy Dieng, apparemment abusé, n’est pas honteuse pour le peuple sénégalais et ses dirigeants sportifs, mais plutôt scandaleuse.

La honte, tous les Sénégalais l’ont ressentie quand ils ont appris que c’est un joueur qui a pris de sa propre poche pour éviter à sa nation une humiliation sur terre étrangère.

Comment peut-on déplacer une équipe nationale sans, au préalable garantir le minimum (les frais de prise en charge).

Et comment les services du ministère des Sports peuvent, de concert avec une fédération quelconque, emprunter une somme d’argent à un joueur de l’équipe nationale (fut-il riche comme Crésus), pour payer des primes, des frais d’hôtel ou des frais de prise en charge ?

Avec de tels dirigeants, le peuple sénégalais a-t-il le droit de réclamer des titres et des trophées à ses équipes nationales ?

Dans un pays sérieux, le communiqué de Gorgui Sy Dieng, repris par tous les médias nationaux et une certaine presse internationale, serait suivi d’une sortie du chef de l’Etat et du chef du gouvernement pour éclairer l’opinion, s’excuser devant le peuple, ouvrir une enquête et annoncer de lourdes sanctions contre le ministre des Sports et ses hommes.

Malheureusement, nous sommes au pays où la honte ne fait rien à celui qui le ressent, où le ridicule ne tue plus et plus grave encore, où la sanction n’est qu’un vain mot.

Kalidou Koulibaly a réglé, de sa poche, les frais d’hôtel de l’équipe nationale de football en Angleterre. Ni le ministre, ni le président de la Fédération sénégalaise de football (Fsf) ne se sont excusés devant le peuple pour cet affront.

Gorgui Sy Dieng a déboursé ses 38 millions pour prendre en charge l’équipe nationale de basket en Espagne. Et demain, nous allons exiger de nos « Lions » qu’ils sortent de la poule H en Russie.

Rien de grave, messieurs dames. Nous sommes au Sénégal. Le pays des « grandes gueules », des « Door kat » et des usurpateurs.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *