});












Sénégal: Yaya Amadou Dia ou le juge rebelle de la Crei.

= 2005

La démission de l’assesseur de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), Yaya Amadou Dia est un fait inédit au Sénégal. Si la démission de magistrat n’est pas un fait nouveau au Sénégal, jamais on a vu un membre de ce corps rendre le tablier en cours d’audience. Zoom sur un juge réputé rebelle.

Le fait inédit qui s’est produit au procès de Karim Wade entrainant la démission du juge Yaya Amadou Dia restera gravé dans les annales de la justice Sénégalaise. L’assesseur, Yaya Amadou Dia qui a réagi au refus du président de la Crei de le laisser poser des questions a démissionné en pleine audience. Dans la corporation des magistrats qu’il a intégrée en 1998, Monsieur Yaya Amadou DIA est présenté comme un magistrat droit. Il est crédité d’une intégrité sans conteste mais à réaction volcanique devant certaines situations.

Yaya Amadou Dia Dia occupait cumulativement d’assesseur à la Crei, celui de Président du tribunal régional de Tamba. Le juge rebelle de la Crei a intégré la magistrature par le tribunal du travail de Dakar. Il deviendra successivement membre de à la Cour d’appel de Dakar, de celle de Kaolack avant d’être affecté à Tamba comme Président du tribunal régional.

Assesseur à la Crei depuis le 1er août 2013, Yaya Amadou est décrit par ses pairs comme un homme qui ne se laisse pas faire. Sa réaction face au Président de la Crei Henri Grégoire n’est pas son coup d’essai. Dans les secrets de la tentative de médiation que ces collègues ont initié pour faire revenir le juge sur sa démission, on a appris qu’il s’est défoulé sur Mr Henrir Grégoire qu’il a traité de tous les noms, se frayant même un passage pour le boxer.

Magistrat du 1er grade, 2ème groupe, 4ème échelon, indice 3350, la démission de Yaya Amadou a provoqué le lendemain une réunion de ses pairs de la Crei qui ont demandé sa traduction devant le conseil de discipline de la magistrature. La démission du juge Dia n’est pas moins révélatrice de déficiences dans la conduite du procès de Karim Wade.

Procès du fils de l’ancien chef d’Etat du Sénégal, Karim Wade à la Crei

Les partisans de Karim, fils de l’ancien chef d’Etat du Sénégal, Abdoulaye Wade, qui tirent sur la Crei accusent le Président, Henri Grégoire de connexions avec l’exécutif pour casser du candidat potentiel à la présidentielle de 2017. Même si cela n’est pas suffisant pour qualifier la Crei de juridiction politisée, la démission inattendue de l’un de ses membres est un autre problème qui la discrédite l’institution. Les magistrats qui font aujourd’hui face à Karim Wade aux autres dignitaires de l’ancien régime visés par la traque ont pour noms : Monsieur Emmanuel CORREA, Conseiller par intérim à la Cour d’appel de Dakar ; Monsieur Amath DIOUF, Conseiller par intérim à la Cour d’appel de Saint Louis ; Monsieur Malick LAMOTTE, Président par intérim du Tribunal régional de Thiès. Ce sont les titulaires de la Crei.

Ils sont supplées dans leur tâche par : Monsieur Papa Amadou SOW, Secrétaire général par intérim de la Cour d’appel de Saint- Louis ; Monsieur Yaya Amadou DIA, Président par intérim du Tribunal régional de Tambacounda ; Monsieur Mamadou Lamine DIEDHIOU, Conseiller par intérim à la Cour d’appel de Dakar.

Zaccariah Cissé,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.