});












Serigne Khadim Mbacké : Le président Macky Sall est-il machiavélique ?

= 824

De nos jours, pour certains politiciens « faire ce que l’on dit et dire ce que l’on fait » relève du miracle à cause des promesses en l’air ; par conséquent la nécessité de colmater les brèches afin d’éviter d’empirer la situation s’avère inéluctable. Savourer une fonction étatique conduit certains à ne pas respecter la parole donnée ou à renégocier ce que l’on avait promis de faire. L’ignorance n’a jamais légitimé le non respect de la promesse tenue.

Un président, ça ouvre sa bouche s’il sait de quoi il parle ou ça se tait. Selon Platon, le bon fonctionnement du pouvoir nécessite la connaissance. Seul celui qui sait est apte à prendre la décision politique. Ceci n’implique pas que le président doit connaître obligatoirement tout de toute chose, mais il doit au moins demander l’avis des spécialistes dans les sujets qu’il ne maitrise pas avant d’en parler ou d’y prendre une décision.

Ce qui importe dans une optique machiavélique, c’est la conquête du pouvoir et sa conservation. Dans une telle logique, un président doit posséder à la fois la «  ruse du renard », pour se jouer des hommes, et la « force du lion » pour se faire craindre. Mais  la où le président Macky Sall n’a pas suivi la théorie de Machiavel à la lettre, c’est dans la défense de l’intérêt général. Parce que l’auteur du Prince, précise que l’emploi de « la rus» et de la « force » doit servir l’intérêt général et non l’intérêt du président. Mais ce qu’on constate, c’est que c’est pour défendre ses intérêts personnels que le président Macky Sall fait preuve de machiavélisme. Nous devons donc prendre nos précautions.

L’expérience justifie notre défiance, mais rien ne justifie la tromperie. Pourquoi voter un référendum qui ouvrirait la boite de pandore ? Une loi doit être motivée par un contexte donné, par une réalité donnée ou une histoire donnée alors qu’il n’en est rien pour le Sénégal. Elle ne doit en aucune façon être copiée ailleurs. Le Sénégal singe la France avec laquelle il ne partage ni la même culture, ni la même histoire, encore moins les mêmes mœurs. Même les lois coraniques, émanant de la vérité divine, se révélaient au prophète (PSL) dans des contextes spécifiques (Sababou nouzoul) donnant ainsi une explication rationnelle.

Bref, l’homme est un mystère, mais qui sommes-nous une fois tous les masques enlevés ? Je conclus mes propos en citant Cheikh Ahmadou Bamba, qui, dans une lettre, s’adressait à Mame Thierno Ibrahima Faty par ces termes : « Sache que la plupart des hommes sont des loups déguisés en homme, donc faites à attention à eux … ».

Auteur : Khadim Mbacke fils de Serigne Abass Khalif de Darou Mouhty

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *