});

SERIGNE SALIOU MBACKÉ, UN FIN ÉDUCATEUR PARTI (Le Soufisme et l’Islam

= 3317

SERIGNE SALIOU MBACKÉ, UN FIN ÉDUCATEUR PARTI (Le Soufisme et l’Islam)

La réalité profonde du Soufisme existe en quelque sorte depuis l’époque du Prophète Muhammad (saws), mais les confréries elles-mêmes se sont développées aux 12ème et 13ème siècles. Leurs principaux fondateurs sont Sayyidi Ahmad Al Rifai, Sayyidi Ahmad Al Badawi, Sayyidi Abdelqader al Gilani et Sayyidi Ibrahim Al Qurayshi Al Disuqi, Cheikh Ahmad Bamba Mbacké . De ces branches ont surgit beaucoup de ramifications, dont la plupart fleurissent toujours de nos jours. Aujourd hui , se souvenir de cheikh Saliou Faty Diaxate nous montre que Le disciple se comporte comme un apprenti envers son maître, avec obéissance et amour. L’apprenti qui veut apprendre un travail manuel doit obéir à son maître, et bien qu’une tâche donnée puisse lui paraître injustifiée sur le moment, il doit faire confiance et admettre qu’elle se révélera utile à long terme. L’apprenti n’apprend qu’en faisant ses exercices. Si l’apprenti refuse, rien ne se produira et il n’apprendra rien. La personne du Shaykh et les différentes lois de l’Islam sont une garantie pour le disciple.

Pourquoi avons-nous besoin d’un maître? Tout disciple dans son cheminement a besoin d’un maître qui le guide au travers des péripéties de ses expériences intérieures, qui répond à ses doutes, et qui l’encourage affectueusement. Seriñ Saliou Faty Diaxate ,il est sans doute l’un des dignes héritiers de Serigne Touba, parmi les plus connus de la jeunesse. Doté d’une sagesse “hors du commun”, ce dignitaire de Touba réussira à mener une vie remplie de bonnes œuvres.
De son vrai nom Seriñ Salihou Ibn Ahmadou, Serigne Saliou Mbacké est venu au monde à Diourbel en 1915. Il devient le 5e Khalife des mourides, succédant à Serigne Abdou Khadre Mbacké en 1989. Il bénéficiait d’une grande aura dans cette communauté et dans le monde musulman.

Grand producteur sur l’échiquier national Serigne Saliou Mbacké possède des champs étendus: Ndiouroule , Ngott, Ndiapandal. En plus de ces surfaces, le saint homme était le propriétaire de Khelcom , qui est bâti sur une étendue de 45000 hectares. En effet, Khelcom est le plus grand périmètre champêtre qu’une personnalité religieuse ait jamais possédé au Sénégal. Cet espace accueille ainsi, chaque année des milliers de saisonniers, durant la campagne de récolte.

L’éducation fut la principale occupation de Serigne Saliou Mbacke; en atteste ses sites ou les enfants étudient : Gott, Ndiouroul , Ndiapandal, Ndokaa, Khelcom. Dans ses écoles, l’enseignement du Coran et le travail (Tarbiya) étaient
associés.L’apprentissage du travail chez les jeunes leur confère la conscience qui permet à l’homme de s’accomplir, d’être utile à lui même, et à la communauté. Quand à l’éducation, elle a pour but dans ces Daaras de faire connaître aux jeunes disciples le sens de la vie, les règles de comportement dans la société, les normes spirituelles et morales dont l’observation assure en chacun la sauvegarde de son humanité. L’accent est également mis sur les sciences religieuses car pour Serigne Saliou, la foi en Dieu est la principale dimension de l’homme.

Que doit faire un disciple ? Les disciples Soufis essayent d’appliquer les principes de l’Islam dans leur vie quotidienne. Un des principes les plus importants est l’amour pour le prophète Muhammad (saws) et sa famille. Lorsqu’il intègre une confrérie, le disciple reçoit des lectures (prières) spécifiques à sa tariqa, qu’il doit répéter, jour après jour. Ces exercices l’aident à traverser les différentes étapes du processus de connaissance de soi et de plus grande proximité avec Dieu.
Fils de Mame Sokhna Dieng Sylla libass (Mapathé Doumbe Dieng) fils de Soumboul Ndack fall Gomay Ba fils de Mapathé Arame Sall sylla Awile ba Fils de Mame Makhtar Safoura Sylla Ngondiokh ba

Makhtar Safoura Kamara sylla dont la tradtion dit qu’ils serait descendant de bani Quraychite, fait partie de l’illustre famille des Sylla vieille famille noble et de lettrés muslmans que l’on retrouve presque partout en Afrique de l’Ouest, qui de l’empire du Ghana avec Khaaya Manga Dumbé Sylla en passant par Askia Mohamed Sylla khalifal soudan ont toujours étaient de dignes défendeurs de l’islam selon le tarif el fettech de Mahmoud Kati au 15 siècle  » C’est sous le gouvernement des Sylla que L Islam s’introduisit au Ghana vers 1040. »

Cette entreprise d’éducation qui s’adressait à des milliers d’élèves était entourée du plus grand soin de la part de Serigne Saliou qui y consacrait d’énormes ressources, donnant ainsi le signe d’un engagement personnel, profond.Serigne Saliou, l’ami des enfants disparu le 28 Décembre à Touba, à l’âge de 92, laissant le monde de l’éducation orphelin à jamais.

Ousmane Bachir Silla

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :