});












Soutien à la candidature de Macky Sall: BSS guettée par le syndrome de 2012

= 2822

Même si pour le moment la question n’est pas encore tranchée, il est évident que les différents leaders Benno siggil Senegaal (Bss) restent partagés sur le soutien à la candidature de Macky Sall à la prochaine présidentielle.

Le soutien à la candidature de Macky Sall à la prochaine élection présidentielle ne fait pas jusqu’ici l’unanimité dans les rangs de Benno siggil Senegaal (Bss).

Alors que la majeure partie des leaders de cette coalition roulent pour un appui à la candidature de l’actuel président de la République, une certaine résistance est notée. Parmi les récalcitrants, le leader de l’Union pour la démocratie et la réforme/Doley Yaakaar (Udr).

Dans une sortie médiatique récente, Mansour Ndiaye a appelé Macky Sall à se détromper s’il pense qu’il bénéficiera du soutien de tous les leaders.

Cette sortie traduit en réalité une certaine frustration par rapport aux attentes au sein même de la coalition dirigée par le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse.

Selon Ibrahima Badiane, jusqu’ici Mansour Ndiaye n’a pas encore quitté la coalition. Mieux, le coordonnateur de Bss souligne que Mansour Ndiaye n’est en aucun cas opposé au président de la République.

Seulement, explique-t-il, il est en position d’alerte.

‘’Il n’est pas contre le Pse, il a simplement mis le doigt sur ce que Macky Sall doit éviter’’, tente-t-il d’expliquer. Non sans préciser par ailleurs, que la question de la candidature est un vrai faux débat.

Car, dit-il, cela ne peut pas diviser la coalition dès lors que jusqu’ici, le seul candidat connu, c’est le président Macky Sall et personne d’autre.

‘’Positions personnelles’’

Ce qui se passe selon Ibrahima Badiane, c’est que les différents leaders et partis qui composent la galaxie Bss sont en train de dégager des positions personnelles. Encore que même dans certains partis, la question ne s’est pas encore posée en interne.

‘’Les gens ne font qu’exprimer leurs opinions et certains sont même dans le clair-obscur. Mais jusque-là, il n’y a pas une position commune officielle émanant de Bss sur cette question’’, déclare-t-il tout en soulignant que Bss n’a nullement peur d’affronter cette question.

‘’La candidature n’a pas été examinée dans aucune réunion récente de Bss. Nous sommes tous surpris d’entendre dans la presse que Bss est divisée à cause de cela, c’est inexact’’, renchérit Marcel Diana Ndiaye, administrateur de l’Afp.

Ce refrain est repris par l’un des porte-paroles de la coalition, El Hadji Momar Sambe. Ce dernier soutient que la question de la candidature n’a pas encore été tranchée.

Il précise toutefois que certains partis membres de la coalition se sont déjà positionnés.

‘’Ce qui prévaut au sein de Bss, c’est un consensus sur le fait qu’il y a des partis qui se sont prononcés publiquement et en toute souveraineté sur leur soutien à la candidature de Macky Sall et que d’autres n’ont pas encore traité la question de la candidature pour la prochaine présidentielle’’, confie le Secrétaire général du Rassemblement des travailleurs africains/Sénégal (Rta/S/Pencoo Reew).

Magatte Thiam du Parti de l’indépendance et du travail (Pit) se dit lui déçu, par rapport aux comportements de certains alliés qui ont étalé le sujet dans la presse alors qu’il n’a pas été officiellement débattu en interne. ‘’Il est vrai que la question a été soulevée et que des gens se sont exprimés mais il n’y a aucune procédure qui aboutit à une décision de la coalition. Je suis déçu que les gens sortent et fassent des déclarations qui prouvent le contraire’’, regrette-t-il.

‘’Nous devons rester unis autour de la lutte pour le triomphe des politiques publiques développées par le gouvernement, sous l’autorité du Président de la République. C’est sur cela que l’on travaille’’, renchérit El Hadji Momar Sambe.

A la veille de l’élection présidentielle de 2012, Bss alors composée de presque toutes les forces politiques de l’opposition de l’époque et organisations de la société civile était confrontée à ce même problème. Alors qu’elle avait toutes les chances de faire tomber le baobab, Abdoulaye Wade, ses leaders n’ont pas pu trouver le consensus sur le candidat de la coalition.

Ni Moustapha Niasse, ni Ousmane Tanor Dieng ne voulait à l’époque faire aucune concession.

Le même scénario risque de se présenter en 2017 ou en 2019 même si cette fois ci il s’agit tout simplement du soutien à la candidature de Macky Sall.

Enquête Plus

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *