});

SUEDE. Trois mosquées incendiées en une semaine

= 2150

Dernier fait en date, un lieu de culte a été attaqué au cocktail Molotov dans la nuit du Nouvel An. Réputé tolérant, le pays s’interroge sur la montée de l’islamophobie.

Trois lieux de cultes incendiés en quelques jours. En Suède, l’année a débuté avec l’attaque d’une mosquée au cocktail Molotov, qui vient s’ajouter à une longue série d’actes islamophobes suscitant une vague de solidarité à travers le pays.

Les faits se sont produits vers 5h30 dans la nuit de mercredi à jeudi à Uppsala, quatrième ville du pays. Des passants ont raconté aux médias avoir vu un homme jeter une brique à travers une des fenêtres de la mosquée, avant de balancer un projectile enflammé. La façade a été partiellement brûlée, un Coran retrouvé à terre à l’extérieur du bâtiment, ainsi qu’un message raciste griffonné sur les portes d’entrée.

La police recherche activement l’auteur de l’attaque pour « tentative d’incendie criminel, vandalisme et incitation à la haine ». »Ce n’est pas la Suède »

Trois jours plus tôt, un incendie visiblement criminel s’était déclaré dans une autre mosquée au rez-de-chaussée d’un immeuble d’Eslöv. Le jour de Noël, cinq personnes avaient également été blessées dans l’incendie d’une mosquée à Eskilstuna. La nuit suivante, une fenêtre avait été brisée dans une autre mosquée, toujours dans la même ville.

Le Premier ministre suédois, Stefan Löfven, a condamné avec fermeté ces actes, déclarant qu’en Suède « personne ne devrait avoir peur de pratiquer sa religion. » « Ce n’est pas la Suède, ce ne sont pas les Suédois », a-t-il martelé.

De leur côté, les fidèles sont médusés : « Ils nous disent de rentrer chez nous, alors que nous habitons ici depuis 40 ans », dénonce l’un d’eux. « Je vis en Suède depuis 35 ans. Nous avons des membres de la mosquée dont les enfants et petits-enfants sont nés ici », ajoute un autre.

« Les gens ont peur, ils craignent pour leur sécurité », affirme Mohammad Kharraki, porte-parole de l’Association islamique de Suède. D’après le magazine antiraciste « Expo », en moyenne, une mosquée serait visée chaque mois par un acte islamophobe. Mais leurs congrégations ne porteraient pas toujours plainte du fait de leur sentiment de peur.
L’extrême droite progresse

Ces événements surviennent alors que le débat fait rage autour de l’immigration dans ce pays nordique traditionnellement tolérant. La Suède devrait en effet recevoir plus de 100.000 demandes d’asile cette année, un record.

Et l’extrême droite progresse au galop : le mois dernier, le parti nationaliste et anti-immigration les Démocrates de Suède, devenu la troisième force politique du pays après les élections législatives de septembre, a manqué de peu de faire tomber le gouvernement de gauche. Les sondages le créditent d’environ 16% d’opinions positives.

Vendredi, des manifestations baptisées « love bombing » (« explosion d’amour ») sont prévues dans toutes les grandes villes du pays en soutien à la communauté musulmane et en réponse à cette violence xénophobe, tandis que les associations exhortent le gouvernement à donner la priorité à cette question.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :