});












POURQUOI UNE TELLE DEROUTE EN PAYS MOURIDE POUR L’APR ?

= 929

Le référendum du dimanche 20 mars 2016 a vu les tenants du « oui » subir une sévère déculottée en pays mouride ; comme on l’avait prévu !
Jamais de mémoire de sénégalais un parti au pouvoir n’a été aussi laminé, aussi honni, aussi vomi.
L’objet de cet article est de tenter de comprendre les ressorts qui ont conduit à cette mémorable défaite dont les retombées se feront sentir pour les législatives de juin 2017 et surtout la présidentielle de 2019.
L’explication la plus servie consiste à désigner un bouc émissaire en la personne du tonitruant, fantasque et trés controversé Moustapha Cissé Lô qui a fini de rassembler tous les suffrages sur son incapacité à manœuvrer en pays mouride ; en raison de sa profonde aversion pour la stratification très marquée chez les disciples du Cheikh Ahmadou Bamba dont pourtant il se réclame.
Nul ne peut nous suspecter de sympathie pour Moustapha Cissé Lô qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour se rendre anthipathique.

Ne vient-il point, après les échanges de coup de feu à Touba, de déverser un flot d’insanités sur les journalistes qu’il a traités de tous les noms d’oiseaux ?
Mais nous devons à la vérité de dire que la profonde désaffection qu’une frange importante de la communauté mouride a envers l’APR est plus complexe que celà ! Toute personne à la place de Moustapha Cissé Lô aurait connu la même déconvenue car Macky passe mal à Touba en raison de graves erreurs qu’il a commises.
La première est d’avoir taxé les chefs religieux de « citoyens ordinaires » ; la seconde concerne le clair-obscur de son appartenance ou non à la communauté contrairement à son prédecesseur qui affirmait urbi et orbi son statut de talibé.
La troisième erreur commise par Macky a été de frayer de manière ostentatoire avec les ex partisans de maître Wade qui ont pourtant énormément oeuvré pour son échec en 2012. Surtout dans l’entourage immédiat du khalife général ! Il est vrai qu’en politique l’addition l’emporte toujours sur la soustraction mais en pays mouride la constance et la loyauté paient toujours.
Le fait aussi que la plupart des cadres mourides aient été défenestrés et remplacés en majorité par des halpulaars bon teint n’est pas négligeable, Macky ayant pour celà été traité d’ethniciste.
La formidable campagne menée par les partisans du « non » qui ont fait vibrer la fibre religieuse (à fleur de peau en pays mouride) en assimilant le « oui » à l’acceptation de l’homosexualité a fini de faire sombrer le navire de Macky ; malgré l’achat de conscience, la stratégie éculée consistant à interdire de vote plus d’une soixantaine de bureaux créant ainsi ce que les spécialistes en communication appellent un « bad buzz » !
La reconquête de l’électorat mouride va être ardue pour l’APR ! et si « Paris vaut bien une messe », Touba, en raison de son influence et de sa démographie, vaut bien un peu plus d’attention  et de respect .

lepeuple.sn

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *