});












THIERNO DIENG: Un Magal sans accident est bien possible.

= 1161

Les accidents mortels sur les routes, lors du Magal de Touba peuvent être évités. Oui absolument, tout repose dans les comportements. D’abord les causes principales sont la négligence, l’indiscipline avec une vitesse excessive sur des routes totalement vétustes.

La répétition des accidentés, est facilitée par certains chauffards qui roulent, sans se soucier des dangers de la route. Durant le Magal, nous déplorons tant d’accidents. Face à cette banalité, nous avons tous l’impression que ces accidents font partie intégrante du Magal.

Pour l’opinion, les incidents de la route sont inévitables et c’est presque normal que les gens qui se déplacent par milliers, subissent de pareilles épreuves.

Non, l’accident de la route est une exception et pas un principe. Il n’existe pas de mal nécessaire pour aller prier à Touba.

C’est plutôt un plaisir et un bonheur. Ensuite, il faut prendre les mesures qui s’imposent à tout type de déplacement populaire pour éviter tout accident de la route. Les chauffeurs qui manquent de sommeil, nous vous demandons de ne pas prendre le volant.

Les pèlerins et les familles, vous prient de ne pas utiliser des produits illicites pour vous maintenir en forme. Enfin nous lançons un appel aux forces de l’ordre d’être intransigeants avec les règles pour que ce grand événement se passe sans accidents graves ni mortels. Souscrivants tous à cela, il est impératif de prendre les mesures depuis les gares routières pour empêcher les voyageurs de prendre les voitures sans freins.

Les camions aussi ne doivent pas transporter des personnes, ils ne sont pas destinés à ce type de transport. Soyons tous concernés et responsables de nos comportements pour éviter les pertes de vie et les accidents graves. Serigne Touba a travaillé dans le calme et la sérénité.

Nous lui devons la politesse, le respect et un Magal sans heurts. Si ce n’était pas lui aujourd’hui peut être nous ne serions pas qui nous sommes. Surtout gardons à l’esprit que nous fêtons son exil c’est à dire son départ forcé du pays. La personne de Cheikh Ahmadou Bamba, a été substantivement expatriée, expulsée, proscrite.

Cette déportation jugée légale était le fait du colonisateur du territoire sénégalais. La résistance scientifique du Cheikh de Touba lui faisait énormément peur. Les pensées et les écrits de cet érudit, sans aucune violence physique, constituaient un obstacle contre l’avancement de l’impérialisme. *

Le commandement d’alors avait décidé de l’exiler de le bannir dans le but de le faire oublier et le considérer comme mort par son propre peuple. Voilà, revenu, Cheikh Bamba, prôna la paix l’excuse, la tolérance, le travail, le vivre ensemble, la fierté et la foi. Etc. Je souhaite un heureux Magal à tout le monde. Yombalen passe Yi. Mouridisme.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *