});












Touba :La traque des véhicules étrangers et irréguliers se poursuit

= 1114

Nous en savons un peu plus sur la déclaration du sous-préfet de Ndam. Modou Mbacké Fall a fait une dernière mise au point concernant la crise née de son arrêté interdisant de circulation tous les véhicules « Goana et Mousse » de la ville sainte de Touba. Figurez vous que le sous-préfet a voulu, non seulement, à travers sa déclaration, calmer les ardeurs des propriétaires de ces véhicules irréguliers, mais surtout dissuader les éventuels contrevenants et les récalcitrants. L’exécutif local a, en effet, demandé aux velléitaires de calmer leurs ardeurs et de cesser d’accuser le khalife et son entourage de connivence avec l’administration. C’en est rien.

A l’en croire, c’est l’Etat qui veut en finir avec les voitures irrégulières qui circulent dans la capitale du mouridisme en toute impunité. Désormais, selon lui, l’Etat prendra toutes ses responsabilités pour juguler ce phénomène très spécifique à la cité de Bamba. Dorénavant, tout propriétaire de taxi urbain, est astreint à se présenter et à s’inscrire auprès de la municipalité et de verser une redevance. Les autorités municipales, doivent, en ce qui les concerne, délivrer un passavant leur permettant de circuler légalement dans le territoire communal. Il est également interdit, désormais, aux véhicule immatriculés ailleurs de s’adonner au transport urbain à Touba, comme de coutume. Ces nouvelles dispositions conservatoires sont prises pour, explique-t-il, lutter contre la recrudescence de l’insécurité à Touba. Car, ajoute-t-il, les délinquants et les malfaiteurs utilisent ces véhicules, étrangers sans matricule, ou disposant d’une plaque d’immatriculation d’une autre région pour commettre leur forfait et se fondre dans la nature.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *