});












Un syndicat de routiers annonce une grève de 72 heures en fin mars.

= 548

Le Syndicat des travailleurs du transport routier du Sénégal (STTRS) a menacé mercredi d’observer une grève de 72 heures en fin mars, pour amener les autorités sénégalaises à « apporter des réponses urgentes et efficaces » à leurs revendications, a déclaré son secrétaire général, Gora Khouma.

« (…) Conformément à la législation du travail et au droit de grève défini comme arrêt de travail, nous avons décidé de lever notre mot d’ordre de boycott des 25, 26 et 27 février et déposons à ce jour un préavis de grève pour les 25, 26 et 27 mars », a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse à Keur Massar, dans la banlieue dakaroise.

Selon ce syndicaliste, « les tracasseries » dont sont victimes les chauffeurs lors des contrôles routiers, « les pratiques » en cours au niveau du centre de visite technique et la gestion des +Baux maraîchers+, principale gare routière de Dakar, motivent leur décision d’aller en grève.

Le STTRS, affilié à la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/ Forces du changement (CNTC/FC), avait récemment décidé de boycotter durant trois jours les contrôles de la charge à l’essieu.

Le syndicat entendait protester de cette manière contre « le non-respect des engagements du gouvernement relatifs à la plateforme de revendication sur le pesage à l’essieu », selon M. Khouma.

« Il n’y a pas de fiabilité » concernant le pesage à l’essieu. « Il y a trop de tracasseries et de vols, de jour comme de nuit. Il faut y mettre de l’ordre. Nous ne pouvons plus continuer à subir ces tracasseries », a-t-il soutenu.

M. Khouma a en outre demandé aux autorités de travailler à l’harmonisation du pesage à l’essieu avec les autres pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.