});












VISITE D’ETAT DU PRESIDENT EN FRANCE Les failles de la politique diplomatique de Macky

= 2832

Macky Sall se rend en France pour une visite d’Etat. Indubitablement, une demande d’aide de la France pour éponger la lourde dette du Sénégal serait, entre autres, au cœur des discussions entre François Hollande et lui. La demande a été faite en 2013, à la veille du Sommet de la Francophonie qui devait se tenir à Dakar. Mais la sollicitation a été diplomatiquement refusée par le Président de la République française.

En réalité, malgré une communication mégalo-ostentatoire, la politique diplomatique du Sénégal  claudique.  Elle donne l’apparence d’une politique parfaite, en phase avec les normes internationales et menée avec un esprit d’innovation. Mais les acquis sont mal consolidés et les choix sont maladroits.

Des options diplomatiques malhabiles

Jean-Christophe Ruffin, Ancien Ambassadeur de France au Sénégal, est catégorique. Face aux enjeux des relations internationales, il assène que le régime de Macky est très immobiliste et prend peu d’initiatives. La récente visite du Ministre de l’Intérieur français, Bernard Cazeneuve, en dit long sur les failles des relations diplomatiques entre la Sénégal et la France.

Le Sénégal a réduit la présence militaire française, si importante contre la menace terroriste et en meme temps, son Ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, l’invite à « à une collaboration sécuritaire à travers une collaboration plus étroite, une meilleure (sic) synergie dans les actions et un partage d’informations stratégiques ». Le paradoxe est flagrant !

La déclaration qu’il a signée avec son homologue français Cazeneuve en 2016, est similaire à celle qui a été, en 2013, signée avec Manuel Valls sans suite. Saluer une coopération solidaire n’est qu’un exutoire diplomatique. Mais, en réalité, la France semble prendre du recul par rapport au  Sénégal qui a, malhabilement, opté pour les pays du Golfe et de l’Asie comme la Chine avec une  diplomatie exclusivement au bénéfice de ceux-là.

Or, en diplomatie, la sauvegarde des intérêts nationaux est la finalité au moyen de négociations intelligentes qui débouchent sur des traités et conventions servant à concilier les intérêts équitables et non  partiaux.

L’éloquente théorie et les bonnes intentions d’une carte diplomatique prennent le dessus sur une politique internationale de consolidation des acquis, d’avant-garde, d’innovations et d’intelligente anticipation. Encore que le Parti y occupe une place hors diplomatie.

Des nominations partisanes

Une gouvernance diplomatique particulièrement partisane altère les relations entre le Sénégal et beaucoup de pays du monde au préjudice de la diaspora. Le Sénégal est l’un des seuls pays qui nomme des Ambassadeurs et des Consuls sans expérience ni expertise diplomatique. La politisation de certaines chancelleries et la primauté du parti se manifestent dans ses services diplomatiques installés dans beaucoup de pays d’Europe et du Golf.

Beaucoup de Consuls sont nommés par Macky Sall et installés par son Ministre des Affaires étrangères sans formation, ni parcours, dans les Ambassades et Consulats, ni expérience dans la prise en charge de la Diaspora et dans l’affermissement des relations entre le Sénégal et les pays-amis historiques. Les exemples sont nombreux.

Tamsir Faye, nommé par Wade et maintenu par Macky Sall en raison de son revirement politique, a écorné l’image du Sénégal à Marseille en France pour avoir commis en public un acte ignominieux et scandaleux.

Macky Sall nomme des « Modou- Modou »  Consuls. Il en est ainsi du Consul du Sénégal à Lyon, Amadou Diop, un débrouillard installé en France et qui n’est qu’un « Modou-Modou » dont la nomination a mis les compatriotes vivant dans cette  région française dans un grand état de colère.

Mais il ne nomme pas seulement des non diplomates à la place de diplomates. Il nomme aussi des étudiants Consuls comme le cas de Amadou Diallo qui serait un étudiant en Master en Développement territorial qui a eu l’honnêteté d’avouer que la diplomatie n’est pas son domaine. N’empêche, il a été nommé Consul du Sénégal à Lyon. Et tous ces « Modou-Modou » et étudiants sont nommés  juste pour leur militantisme dans l’APR. C’est la face visible de l’Iceberg.

Dans les pays du Golf, ce sont souvent des gens appartenant à des familles confrériques qui sont nommés Ambassadeurs ou Consuls et cela n’entre que dans une tentative de création d’un réseau clientéliste maraboutique aux dépens des normes et des règles diplomatiques.

Si la politique diplomatique du Sénégal avance d’un côté, elle claudique et décline plus dans des côtés où elle est aventureuse et malhabile. Elle doit être revue surtout avec la France où Macky Sall se rend la énième fois.

Le Piroguier

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *