Facture d’électricité : Les maires portent la réplique à la Senelec

= 253

Les maires n’ont pas tardé à réagir à la sortie du directeur général de la Senelec, les taxant de mauvais payeurs.

Les édiles, joints par ‘’Seneweb’’, ont à leur tour réclamé des taxes à la Senelec. Le nouveau directeur général de la Senelec vient de se mettre à dos les collectivités locales. En effet, les édiles du Sénégal n’oublieront pas de sitôt la première visite de Pape Mademba Bitèye à Ziguinchor. Le successeur de Mamadou Makhtar Cissé a profité de l’occasion pour dire que « les maires sont de mauvais payeurs ».

Pour le maire de Grand -Yoff, la Senelec peut également être taxée de mauvais payeur. D’après Madiop Diop, la Société nationale d’électricité du Sénégal ne respecte pas ses engagements vis-à-vis des collectivités locales. «La Senelec doit beaucoup d’argent aux communes. Les populations de Grand-Yoff paient leurs factures normalement et sur chaque facture, la commune a des redevances, alors que la Senelec ne nous donne pas directement ces taxes», rappelle le maire de Grand-Yoff.

Son collègue de la Patte d’Oie renseigne que les dispositions du Code des collectivités locales, à l’article 195, spécifient bien la taxe sur l’électricité comme un produit fiscal des collectivités territoriales. «Il faut un recensement de la population sur laquelle la taxe s’applique au profit de la collectivité territoriale. Malheureusement, ce recensement est carrent, nous avons toujours au sein de l’Asm posé une comptabilité contradictoire qui permet à la Senelec de dire pour telle commune, voici la taxe de l’électricité qui a été appliquée.

Cette taxe va directement au Trésor publique au profil des collectivités territoriales», renseigne Banda Diop. Malheureusement, dit-il, les produits issus de ces taxes ne sont pas réellement connus, ni la taille de la population sur laquelle elles sont collectées. D’après Banda Diop, il n’y a pas un système approprié qui permet de connaitre le taux de la taxe sur la collectivité.

Banda Diop (maire Patte d’Oie): «C’est malheureux de le dire»

‘‘A une cadence non respectée, la Senelec verse une quotité et nous l’impose comme une avance sur la taxe. Elle ne verse pas totalement et ne le fait pas sur une base contradictoire. C’est malheureux et discourtois pour des services qui collaborent, de dire que nous sommes de mauvais payeurs’’, s’insurge Banda Diop. Pour venir à bout de ce problème, des solutions ne manquent pas.

Le maire de la Patte d’Oie préconise, à cet effet, un système de péréquation qui permet à la Senelec, par rapport à la taxe, de défalquer et de continuer à verser correctement. ‘’L’Association des maires du Sénégal a toujours demandé à la Senelec de venir à la table, faire une péréquation par rapport à la taxe qui est due aux collectivités territoriales. C’est uniquement sur cette base qu’on peut accuser les communes d’être déficitaires’’, pense Banda Diop.

Ce dernier recommande, en outre, l’instauration d’un conseil de normalisation entre les collectivités territoriales et la Senelec où le recensement est contradictoire. Le maire de Latmingué, pour sa part, indexe le défaut de ressources financières des nouvelles communes. «Je ne peux être d’accord avec ce statut de ‘‘mauvais payeurs’’.

Pour l’essentiel, s’il y a des arriérés de payement, ce n’est pas une mauvaise volonté, mais plutôt un problème de moyens’’, explique Macoumba Diouf. A en croire ce dernier, les municipalités sont souvent dans des situations où payer l’électricité n’est pas prioritaire par rapport aux besoins de la population.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :