});












En direct: l’Arabie saoudite a lancé une opération militaire au Yémen

= 674

L’Arabie saoudite a lancé une opération militaire au Yémen, dont la capitale Sanaa est contrôlée par les rebelles chiites houthis. C’est ce qu’a annoncé l’ambassadeur saoudien aux Etats-Unis.

Article régulièrement mis à jour

« L’opération vise à défendre le gouvernement légitime » du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, a déclaré l’ambassadeur saoudien à Washington Adel al-Jubeir lors d’une conférence de presse. Les opérations se limitent à des frappes aériennes, mais d’autres forces militaires sont mobilisées et la coalition « fera tout ce qu’il faudra », a ajouté M. Adel al-Jubeir. « Nous avons une situation où vous avez une milice qui contrôle ou pourrait contrôler des missiles balistiques, des armes lourdes et une force aérienne », a fait valoir l’ambassadeur saoudien.

Selon certaines sources, des avions de guerre auraient lancé tôt dans la nuit de jeudi une attaque contre l’aéroport de Sanaa et contre une base militaire de la capitale.

Au total, cinq Etats du Golfe ont annoncé ce jeudi 26 mars leur décision de répondre à l’appel à l’aide lancé par le président yéménite. En plus de l’Arabie saoudite, il s’agit du Qatar, du Koweït, de Bahreïn et des Emirats arabes unis. Dans un communiqué conjoint, publié par l’agence officielle de presse saoudienne, ces cinq Etats déclarent avoir « décidé de répondre à la demande de son excellence Abd-Rabbou Mansour Hadi, président du Yémen, de protection du Yémen et de son cher peuple de l’agression des milices houthis. »

Mise en garde des Houtis contre une guerre dans la région

Le ministère égyptien des Affaires étrangères annonce par ailleurs, selon l’agence officielle Mena citée par Reuters, que l’Egypte fournissait un soutien politique et militaire à l’opération. Il ajoute qu’une coordination avec les Etats du Golfe impliqués était en cours, pour participer, si nécessaire, avec les forces égyptiennes aérienne, navale, et terrestre.

La réaction des miliciens houthis a été immédiate. Dans un entretien accordé à la chaîne al-Jazeera, cité par l’agence Reuters, Mohammed al-Boukhaiti, membre du bureau politique des Houthis, a déclaré qu’une « agression » était « en cours au Yémen ». « Nous y ferons face vaillamment », a-t-il déclaré, mettant également en garde contre une guerre dans la région.

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, qui s’est réfugié à Aden après la chute de Sanaa, avait dû quitter sa résidence sous la pression des attaques des rebelles houthis. Ce mercredi, les milices chiites houthis, ainsi que des forces alliées à ces milices, ont accentué la pression sur Aden. Ils se seraient emparés de l’aéroport international de la ville dans l’après-midi.

Des responsables américains avaient rapporté dans la journée que l’Arabie saoudite regroupait des troupes et du matériel militaire lourd, notamment de l’artillerie, dans des zones situées près de sa frontière avec le Yémen.

Avec AFP

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *